Code de l'action sociale et des familles

Version consolidée au 31 octobre 2016 (version a820392)

Partie réglementaire

Livre Ier : Dispositions générales

Titre II : Compétences

Chapitre Ier : Collectivités publiques et organismes responsables

Section 3 : Etat.

Sous-section 1 : Agrément des associations chargées de participer à l'élaboration et à la mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution et d'insertion sociale et professionnelle

Paragraphe 1 : Conditions, modalités et effets de la délivrance de l'agrément

Article R121-12-1

Les associations régulièrement déclarées depuis aux moins trois années ayant pour activité statutaire de proposer une aide et un accompagnement aux personnes en situation de prostitution, aux victimes de traite des êtres humains, aux femmes victimes de violences, aux personnes en difficulté, peuvent faire l’objet d’un agrément délivré par le préfet de département du lieu d’implantation du siège de l’association.

Article R121-12-2

L’agrément mentionné à l’article L. 121-9 est délivré à toute association qui, à la date de la demande d’agrément, justifie :

1° D’un engagement de sa part, par délibération de son assemblée générale, de mettre en œuvre une politique de prise en charge globale des personnes en situation de prostitution, des victimes de proxénétisme et de traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle dont la finalité est la sortie de la prostitution ;

2° De moyens humains et matériels lui permettant d’assurer sa mission de mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution, ainsi que d’un réseau de partenaires institutionnels et associatifs y contribuant ;

3° De la mise en place d’actions de formation de ses salariés et bénévoles ayant pour objet l’accompagnement des personnes prostituées dans la mise en œuvre d’un projet d’insertion sociale et professionnelle et permettant à ces personnes d’accéder à des alternatives à la prostitution.

Article R121-12-3

La demande d’agrément, signée par le représentant légal de l’association, est adressée au préfet de département du lieu d’implantation du siège de l’association. Elle précise les départements pour lesquels l’association souhaite mettre en œuvre le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle et sollicite l’agrément. La composition du dossier de demande d’agrément est fixée par arrêté du ministre chargé des droits des femmes.

Le silence gardé pendant quatre mois par l’autorité administrative à compter de la réception du dossier complet de la demande d’agrément vaut agrément.

Le dossier est réputé complet si, dans un délai de deux mois à compter de sa réception, le préfet de département compétent n’a pas fait connaître au demandeur la liste des pièces manquantes ou incomplètes, par tous moyens permettant de conférer date certaine à cette demande de complément.

L’agrément est délivré par décision du préfet de département du lieu d’implantation du siège de l’association pour une durée de trois ans renouvelable.

Paragraphe 2 : Renouvellement et retrait de l'agrément

Article R121-12-4

L’agrément peut faire l’objet, à l’initiative de l’association bénéficiaire, d’une demande de renouvellement dans les mêmes conditions et avec les mêmes effets que celles et ceux énoncés à l’article R. 121-12-3.

Article R121-12-5

I. - L’agrément peut être retiré lorsque l’association :

1° Cesse de satisfaire à l’une des conditions requises pour la délivrance de l’agrément dans le cadre de la mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ;

2° Ne remplit pas sa mission de mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ;

3° N’a pas signalé aux autorités administratives le changement des statuts de l’association ;

4° N’a pas transmis son compte rendu d’activité annuel ou son rapport financier annuel ;

5° A refusé de communiquer des pièces justificatives exigées lors d’un contrôle effectué après l’octroi de l’agrément.

II. - Lorsque le retrait de l’agrément est envisagé, il est fait application des dispositions de l’article L.122-1 du code des relations entre le public et l’administration.

Sous-section 2 : Commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d'exploitation sexuelle

Article R121-12-6

Une commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est créée dans chaque département. Elle est régie par les articles 8 et 9 du décret n° 2006-665 du 7 juin 2006 modifié.

La commission départementale exerce auprès du préfet du département les missions prévues par l’article L. 121-9 du présent code. A ce titre, elle :

1° Favorise la cohérence et le développement des politiques de protection et d’assistance en faveur des victimes de la prostitution, du proxénétisme et de la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle menées dans le département ;

2° Rend un avis sur les demandes qui lui sont soumises de mise en place et de renouvellement des parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle.

Article R121-12-7

La commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est présidée par le préfet du département ou son représentant. Elle est composée :

1° D’un magistrat judiciaire en fonction dans une juridiction du département, ou d’un magistrat honoraire. Ce magistrat est désigné par les chefs de la cour d’appel dans le ressort de laquelle se situe le département ;

2° Du directeur départemental de la cohésion sociale ou son représentant ;

3° Du directeur départemental de la sécurité publique ou son représentant ;

4° Du directeur interrégional ou régional de la police judiciaire ou leur représentant ;

5° Du commandant du groupement de gendarmerie départementale ou son représentant ;

6° Du chef du service de la préfecture chargé des étrangers ou son représentant ;

7° Du directeur de l’unité départementale de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi ou son représentant ;

8° Du directeur académique des services de l’éducation nationale ou son représentant ;

9° D’un médecin désigné par le conseil départemental de l’ordre des médecins ;

10° De représentants des collectivités territoriales et de leurs établissements publics de coopération intercommunale ;

11° De représentants d’associations agréées conformément aux dispositions de l’article R. 121-12-2.

Le préfet arrête la liste des membres de la commission départementale mentionnés aux 1°, 9°, 10° et 11°. Ses membres sont nommés pour une durée de trois ans renouvelable.

A Paris, la commission départementale est présidée conjointement par le préfet de Paris ou son représentant et le préfet de police ou son représentant. La liste de ses membres est arrêtée par le préfet de Paris et le préfet de police.

Dans les Bouches-du-Rhône, la commission départementale est présidée conjointement par le préfet de département ou son représentant et par le préfet de police des Bouches-du-Rhône ou son représentant. La liste de ses membres est arrêtée par le préfet de département et le préfet de police des Bouches-du-Rhône.

Le représentant d’une association agréée ne peut siéger à la commission départementale lorsque la commission statue sur la situation individuelle d’une personne ayant fait l’objet par elle de l’instruction prévue au deuxième alinéa de l’article R. 121-12-9.

Article R121-12-8

La commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle se réunit au moins une fois par an pour délibérer de la politique départementale en la matière, et autant que de besoin pour l’examen des dossiers individuels relatifs aux demandes d’engagement et de renouvellement du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle. L’organisation et les modalités de l’examen préparatoire des dossiers soumis à la commission sont fixées par l’arrêté du préfet prévu à l’article 8 du décret n° 2006-665 du 7 juin 2006 modifié.

Article R121-12-9

Les situations individuelles des personnes qui présentent une demande d’engagement dans un parcours de sortie de la prostitution ou qui en demandent le renouvellement font l’objet d’une instruction par l’association agréée. Celle-ci présente les engagements de la personne concernée, les actions prévues dans le cadre du projet d’insertion sociale et professionnelle, leur durée, les résultats attendus ou réalisés et émet un avis sur sa situation. La commission rend un avis sur la mise en place et le renouvellement des parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle qui lui sont soumis.

Lors du renouvellement du parcours de sortie de la prostitution, la commission examine la mise en œuvre des actions menées au bénéfice de la personne et tient compte du respect des engagements figurant dans le document de suivi du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle prévu à l’article R. 121-12-12, ainsi que des difficultés rencontrées par la personne.

Article R121-12-10

Après avis de la commission, le préfet de département autorise ou refuse d’autoriser l’engagement de la personne dans le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ou son renouvellement. Il lui notifie sa décision, ainsi qu’à l’association en charge de l’instruction de la demande.

La décision de non-renouvellement du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle met fin à compter de la date de notification à l’ensemble des droits ouverts au titre de l’engagement dans ce parcours prévus à l’article R. 121-12-13 après que la personne a été mise en mesure de présenter ses observations.

Le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle est autorisé pour une durée de six mois renouvelable, sans que sa durée totale n’excède vingt-quatre mois.

En cas d’interruption et de reprise du parcours, le calcul de la durée du parcours de sortie prend en compte le cumul des différentes périodes durant lesquelles la personne concernée bénéficie des droits ouverts au titre du parcours prévus à l’article R. 121-12-13, sans que la durée totale de ces périodes cumulées n’excède vingt-quatre mois.

Sous-section 3 : Parcours de sortie de la prostitution et d'insertion sociale et professionnelle

Article R121-12-11

La personne engagée dans le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle prévu à l’article L. 121-9 peut notamment bénéficier :

1° D’un logement dans le respect des conditions réglementaires d’accès à un logement locatif social, d’un accueil en logement-foyer ou d’un hébergement adapté à sa situation dans les conditions des articles L. 345-2, L. 345-2-7 et L. 345-2-8 du code de l’action sociale et des familles ;

2° D’un accompagnement visant à faciliter l’accès aux soins, sur le plan physique et psychologique, et aux droits, en particulier ceux mentionnés au cinquième alinéa du II de l’article L. 121-9 ;

3° D’actions d’insertion sociale, visant à favoriser la socialisation, l’autonomie des personnes dans leur vie quotidienne et l’élaboration d’un projet d’insertion professionnelle.

Article R121-12-12

Le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle est formalisé dans un document élaboré par l’association agréée et la personne concernée. Il retrace, d’une part, l’ensemble des actions prévues au bénéfice de la personne et, d’autre part, ses engagements à respecter les objectifs du parcours et son suivi.

Article R121-12-13

La décision du préfet de département d’autoriser ou de renouveler le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ouvre droit au versement de l’aide financière à l’insertion sociale et professionnelle dans les conditions prévues à l’article L. 121-9 et permet la délivrance aux personnes étrangères d’une autorisation provisoire de séjour d’une durée minimale de six mois ouvrant droit à l’exercice d’une activité professionnelle, dans les conditions prévues à l’article L. 316-1-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile.

Partie réglementaire

Livre V : Dispositions particulières applicables à certaines parties du territoire

Titre II : Guadeloupe, Guyane, Martinique et La Réunion

Chapitre Ier : Dispositions générales

Section 1 : Modalités d'autorisation de création, de transformation ou d'extension d'établissements sociaux et médico-sociaux

Article R521-1

I - Pour l’application des articles R. 313-1 à R. 313-10-2du présent code en Guadeloupe et à La Réunion :

1° Les mots : " agence régionale de santé " sont remplacés, en Guadeloupe, par les mots : " agence de santé de la Guadeloupe, de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin " et, à La Réunion, par les mots : " agence de santé de l’océan Indien " ;

2° Les mots : " conférence régionale de la santé et de l’autonomie " sont remplacés, en Guadeloupe, par les mots : " conférence de la santé et de l’autonomie de la Guadeloupe, de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin " et, à La Réunion, par les mots : " conférence de la santé et de l’autonomie de La Réunion ".

II.-Pour l’application du présent code en Guyane et en Martinique :

1° La référence au département est remplacée par la référence à la collectivité territoriale de Guyane ou de Martinique ;

2° La référence au conseil départemental est remplacée par la référence à l’assemblée de Guyane ou de Martinique.

Chapitre IV : Personnes âgées et personnes handicapées

Section 1 : Personnes âgées

Sous-section 1 : Concours

Article R524-1

Pour l’application en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à La Réunion, du chapitre X du titre IV du livre Ier :

1° Pour l’application en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique des articles R. 14-10-42-1, R. 14-10-42-4, R. 14-10-42-5 et R. 14-10-42-6, les mots : " et, le cas échéant, les métropoles ", " ou, le cas échéant, métropole ", " ou, le cas échéant, métropolitaines ", " et, le cas échéant, à une ou plusieurs métropoles, ", " ou, le cas échéant, à la métropole, ", " ou, le cas échéant, le conseil de la métropole ", " ou, le cas échéant, le président du conseil de la métropole ", " ou, le cas échéant, au président du conseil de la métropole, " et " ou du conseil de la métropole " ne sont pas applicables ;

2° L’article R. 14-10-42-2 n’est pas applicable ;

3° A l’article R. 14-10-42-3, la référence aux articles R. 14-10-42-1 et R. 14-10-42-2 est remplacée par la référence à l’article R. 14-10-42-1 ;

4° A l’article R. 14-10-42-5, les mots : " et celles exposées pour des actions prévues au 2° du même article " ne sont pas applicables.

Sous-section 2 : Allocation personnalisée d'autonomie

Article R524-2

Pour l’application en Guyane et en Martinique de l’article R. 232-8, les mots : " le règlement départemental d’aide sociale " sont remplacés par les mots : " le règlement d’aide sociale ".

Sous-section 3 : Conférence des financeurs

Article R524-3

Pour l’application en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à La Réunion du chapitre III du titre III du livre II :

1° L’article R. 233-1 est ainsi modifié :

a) Pour son application en Guyane et en Martinique, les mots : “ schéma départemental relatif aux personnes en perte d’autonomie ” sont remplacés par les mots : “ schéma territorial relatif aux personnes en perte d’autonomie ” ;

b) Pour son application à la Guadeloupe, les mots : “ projet régional de santé mentionné à l’article L. 1434-2 ” sont remplacés par les mots : “ projet de santé commun à la Guadeloupe, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin mentionné à l’article L. 1442-4 ” ;

c) Pour son application à La Réunion, les mots : “ projet régional de santé mentionné à l’article L. 1434-2 ” sont remplacés par les mots : “ projet de santé de La Réunion et de Mayotte mentionné à l’article L. 1443-4 ” ;

2° Pour l’application en Guyane et en Martinique de l’article R. 233-2, les mots : “ conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie ” sont remplacés par les mots : “ conseil territorial de la citoyenneté et de l’autonomie ” ;

3° L’article R. 233-6 est ainsi modifié :

a) Pour son application en Guyane et en Martinique, le mot : “ départemental ” est supprimé ;

b) La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée, deux fois, par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

c) Pour son application en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique, les mots : “ ou, le cas échéant, de la métropole ” ne sont pas applicables ;

4° A l’article R. 233-9, la référence aux 2°, 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 ;

5° L’article R. 233-13 est ainsi modifié :

a) Pour l’application du 1° en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique, les mots : “ et le cas échéant, le représentant du conseil de la métropole désigné par le président du conseil de la métropole ” ne sont pas applicables ;

b) Pour l’application du 4° en Guyane, les mots : “ Des représentants des collectivités territoriales volontaires autres que le département ” sont remplacés par les mots : “ Un représentant au moins des collectivités territoriales volontaires autres que la collectivité territoriale de Guyane ” ;

c) Le 5° est ainsi rédigé :

“ 5° Un représentant de la caisse générale de sécurité sociale mentionnée à l’article L. 752-4 du code de la sécurité sociale, au titre de la gestion du risque mentionné au 3° de cet article, désigné par elle ; ”

d) Au 6°, les mots : “ de la caisse primaire d’assurance maladie ” sont remplacés par les mots : “ de la caisse générale de sécurité sociale, au titre de la gestion des risques mentionnés aux 1° et 2° de l’article L. 752-4 du même code, ” ;

e) Le 8° est ainsi rédigé :

“ 8° Un représentant de la caisse générale de sécurité sociale mentionnée à l’article L. 752-4 du même code, au titre de la gestion des risques mentionnés à ce même article pour les salariés et exploitants agricoles, désigné par elle ; ” ;

f) Pour l’application du douzième alinéa en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique, les mots : “, ou pour toutes les affaires concernant la métropole, par le président du conseil de la métropole. Pour les affaires qu’ils traitent en commun, la conférence est coprésidée. ” ne sont pas applicables ;

6° Au I de l’article R. 233-14, le dernier alinéa du 1° n’est pas applicable ;

7° L’article R. 233-18 est ainsi modifié :

a) La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

b) Le 4° n’est pas applicable ;

c) Au 5°, la référence à l’article L. 14-10-10 est remplacée par la référence au 2° de l’article L. 14-10-10 ;

8° Pour l’application de l’article R. 233-19 en Guyane et en Martinique, les mots : “ conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie ” sont remplacés par les mots : “ conseil territorial de la citoyenneté et de l’autonomie ”.

Section 2 : Personnes handicapés

Article R524-4

Pour l’application en Guyane et en Martinique du titre IV du livre II :

1° Au premier et au dernier alinéas de l’article R. 241-12, le mot : " territoriale " est supprimé ;

2° Au 1° et au dernier alinéa de l’article R. 241-16, le mot : " départementale " est supprimé ;

3° Au sixième alinéa de l’article R. 241-17, le mot : " départementale " est supprimé.

Section 3 : Etablissements et services soumis à autorisation

Article R524-5

Pour l’application en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à La Réunion du livre III :

1° Au dernier alinéa de l’article D. 312-1, la référence aux II, III et IV de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence aux II et IV de l’article L. 313-12 ;

2° Au II de l’article D. 312-161, la référence aux II et III de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence au II de l’article L. 313-12.

Titre III : Saint-Pierre-et-Miquelon

Chapitre Ier : Etablissements et services sociaux et médico-sociaux

Section 2 : Modalités d'autorisation de création, de transformation ou d'extension d'établissements sociaux et médico-sociaux

Article R531-2

I.-Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon des articles D. 312-1 et D. 312-161 :

1° A l’article D. 312-1, la référence aux II, III et IV de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence aux II et IV de l’article L. 313-12 ;

2° A l’article D. 312-161, la référence aux II et III de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence au II de l’article L. 313-12.

II.-Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon des articles D. 312-193-5, D. 312-193-6 et R. 313-1 à R. 313-10-2 :

1° Les attributions exercées par le comité régional de l’emploi, de la formation de l’orientation professionnelles sont exercées par le comité de coordination de l’emploi et de la formation professionnelle ;

2° Les mots : " conférence régionale de la santé et de l’autonomie " sont remplacés par les mots : " conférence territoriale de la santé et de l’autonomie " ;

3° Pour l’application de l’article R. 313-1 :

a) La commission mentionnée au II peut comprendre un nombre inférieur de membres, sous réserve que ce nombre ne soit pas inférieur à quatre et que la parité entre les membres énoncée aux a et b des 1° à 6° soit respectée ;

b) Au b du 1° du II, les mots : " et à l’issue d’un appel à candidature organisé dans des conditions fixées par le président du conseil général " sont remplacés par les mots : " ou, en l’absence de proposition, à l’issue d’un appel à candidature organisé dans des conditions fixées par le président du conseil territorial pour chacune de ces deux catégories et à l’issue d’un appel à candidature organisé selon les mêmes modalités " ;

c) Le b du 4° du II est complété par les mots : " ou, en l’absence de proposition, à l’issue d’un appel à candidatures qu’ils organisent " ;

d) Les membres de la commission d’appel à projet prévus aux a et b des 2° et 6° du II sont remplacés par les membres suivants, communs à la commission prévue au 2° et à celle prévue au 6° :

  • le représentant de l’Etat dans la collectivité ou son représentant, président, et trois personnels des services de l’Etat et de l’administration territoriale de santé mentionnée à l’article L. 1441-1 du code de la santé publique, désignés par le représentant de l’Etat dans la collectivité ;
  • quatre représentants d’usagers, dont un représentant d’associations de retraités et de personnes âgées, un représentant d’associations de personnes handicapées, désignés par le représentant de l’Etat dans la collectivité sur proposition de la conférence territoriale de la santé et de l’autonomie ou, en l’absence de proposition, à la suite d’un appel à candidature organisé dans des conditions fixées par le représentant de l’Etat, un représentant d’associations de personnes confrontées à des difficultés spécifiques et un représentant d’associations ou une personnalité œuvrant dans le secteur de la protection judiciaire de l’enfance, désignés par le représentant de l’Etat dans la collectivité à l’issue d’un appel à candidature qu’il organise et sur proposition du garde des sceaux en ce qui concerne la dernière catégorie ;

e) La première phrase du 1° du III est complétée par les mots : " ou, en l’absence de proposition, deux représentants des associations gestionnaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux et des lieux de vie et d’accueil désignés par ces autorités sur proposition des associations ".

Chapitre II : Personnes handicapées

Section 1 : Personnes handicapées

Article R532-3

Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon de l’article R. 146-30, les mots : " directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle " sont remplacés par les mots : " chef du service du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ".

Article R532-10

Pour l’application du présent code à Saint-Pierre-et-Miquelon, les :

1° La référence au département est remplacée par la référence à la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon ;

2° La référence au conseil départemental est remplacée par la référence au conseil territorial ;

3° La référence au directeur général de l’agence régionale de santé est remplacée par la référence au représentant de l’Etat à Saint-Pierre-et-Miquelon ;

4° Les mots : " maison départementale des personnes handicapées " sont remplacés par les mots : " maison territoriale de l’autonomie ”.".

Section 2 : Personnes âgées

Sous-section 1 : Concours

Article R532-11

Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon du chapitre X du titre IV du livre Ier :

1° Aux articles R. 14-10-42-1, R. 14-10-42-4, R. 14-10-42-5 et R. 14-10-42-6, les mots : " ou, le cas échéant, métropole ", " et, le cas échéant, à une ou plusieurs métropoles, ", " ou, le cas échéant, métropolitaines ", " ou, le cas échéant, à la métropole, ", " ou, le cas échéant, le conseil de la métropole ", " ou, le cas échéant, le président du conseil de la métropole ", " ou, le cas échéant, au président du conseil de la métropole, " et " ou du conseil de la métropole " ne sont pas applicables ;

2° L’article R. 14-10-42-2 n’est pas applicable ;

3° A l’article R. 14-10-42-3, la référence aux articles R. 14-10-42-1 et R. 14-10-42-2 est remplacée par la référence à l’article R. 14-10-42-1 ;

4° A l’article R. 14-10-42-5, les mots : " et celles exposées pour des actions prévues au 2° du même article " ne sont pas applicables.

Sous-section 2 : Allocation personnalisée d'autonomie

Article R532-12

Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon de l’article R. 232-8, les mots : " le règlement départemental d’aide sociale " sont remplacés par les mots : " le règlement territorial d’aide sociale ".

Sous-section 3 : Conférence des financeurs

Article R532-13

Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon du chapitre III du titre III du livre II :

1° L’article R. 233-1 est ainsi modifié :

a) Les mots : " schéma départemental relatif aux personnes en perte d’autonomie " sont remplacés par les mots : " schéma territorial relatif aux personnes en perte d’autonomie " ;

b) Les mots : " projet régional de santé mentionné à l’article L. 1434-2 " sont remplacés par les mots : " projet de santé mentionné à l’article L. 1441-3 " ;

2° Au 1° de l’article R. 233-2, les mots : " conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie " sont remplacés, deux fois, par les mots : " conseil territorial de la citoyenneté et de l’autonomie " ;

3° L’article R. 233-6 est ainsi modifié :

a) Les mots : " départemental ou, le cas échéant, de la métropole " ne sont pas applicables ;

b) La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

4° A l’article R. 233-9, la référence aux 2°, 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 ;

5° L’article R. 233-13 est ainsi modifié :

a) Au 1°, les mots : " et le cas échéant, le représentant du conseil de la métropole désigné par le président du conseil de la métropole " ne sont pas applicables ;

b) Le 4° est ainsi rédigé :

" 4° Un représentant au moins des collectivités territoriales volontaires autres que la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon, désigné par l’assemblée délibérante ; " ;

c) Le 5° est ainsi rédigé :

" 5° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion du risque vieillesse mentionnée à l’article 3 de l’ordonnance n° 77-1102 du 26 septembre 1977 portant extension et adaptation au département de Saint-Pierre-et-Miquelon de diverses dispositions relatives aux affaires sociales, désigné par elle ; " ;

d) Le 6° est ainsi rédigé :

" 6° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion du risque maladie mentionnée à l’article 3 de l’ordonnance précitée du 26 septembre 1977 désigné par elle, qui peut être le même que celui prévu au 5°, sans préjudice des dispositions prévues à l’article R. 233-14. Il dispose alors des voix déterminées à cet article pour chacun des membres qu’il représente ; " ;

e) Le 7° est ainsi rédigé :

" 7° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion du régime de sécurité sociale des travailleurs indépendants mentionnée à l’article 3 de l’ordonnance précitée du 26 septembre 1977, désigné par elle ; " ;

f) Le 8° est ainsi rédigé :

" 8° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion du régime de sécurité sociale des salariés et exploitants agricoles mentionnée à l’article 3 de l’ordonnance précitée du 26 septembre 1977, désigné par elle ; " ;

g) Le 10° est complété par les mots : " ou par un organisme mutualiste adhérent " ;

h) A l’avant-dernier alinéa, les mots : " ou pour toutes les affaires concernant la métropole, par le président du conseil de la métropole. Pour les affaires qu’ils traitent en commun, la conférence est coprésidée. " ne sont pas applicables ;

6° L’article R. 233-14 est ainsi modifié :

a) Les mots : " d’une conférence départementale " sont remplacés par les mots : " d’une conférence territoriale " ;

b) Les mots : " L’agence régionale de santé " sont remplacés par les mots : " L’administration territoriale de santé " ;

c) La phrase : " Dans le cadre des affaires communes d’une conférence départementale-métropolitaine, le conseil départemental et le conseil de la métropole disposent chacun de la moitié des voix prévues au 1° " n’est pas applicable ;

7° L’article R. 233-18 est ainsi modifié :

a) La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

b) Le 4° n’est pas applicable ;

c) Au 5°, la référence à l’article L. 14-10-10 est remplacée par la référence au 2° de l’article L. 14-10-10 ;

8° A l’article R. 233-19, les mots : " conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie " sont remplacés par les mots : " conseil territorial de la citoyenneté et de l’autonomie ".

Section 3 : Personnes handicapées

Article R532-14

Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon de l’article R. 241-12, les mots : " la maison départementale " sont remplacés par les mots : " la maison territoriale de l’autonomie ".

Chapitre VII : Dispositions relatives à l'accompagnement des victimes de la prostitution

Article R537-1

Pour l’application à Saint-Pierre-et-Miquelon des articles R. 121-12-1, R. 121-12-2, R. 121-12-3, R. 121-12-4, R. 121-12-5, R. 121-12-6, R. 121-12-7, R. 121-12-8, R. 121-12-9, R. 121-12-10, R. 121-12-11 R. 121-12-12, et R. 121-12-13 du présent code :

1° Les mots : “ préfet de département ” sont remplacés par les mots : “ représentant de l’Etat dans la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon ” ;

2° Les références : “ directeur départemental de la cohésion sociale ” et “ directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi ” sont remplacées par la référence : “ directeur de la cohésion sociale, du travail, de l’emploi et de la population ” ;

3° Les mots : “ départementale ”, “ dans chaque département “ et “ dans le département ” sont remplacés par les mots : “ dans la collectivité ” ;

4° La référence à la commission territoriale est substituée à la référence à la commission départementale ;

5° L’article R. 121-12-1 est complété par les mots : “ ou du représentant de l’Etat dans la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon ” ;

6° L’article R. 121-12-3 est complété par l’alinéa suivant : “ Lorsque le siège de l’association est implanté à Saint-Pierre-et-Miquelon, la demande est adressée au représentant de l’Etat dans la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon, qui prend la décision de délivrer l’agrément. ”

Titre IV : Département de Mayotte

Chapitre Ier : Adaptations du livre Ier

Section 4 : Institutions

Article R541-4

Pour l’application du titre IV du livre Ier :

I.-A L’article D. 141-8, les mots : "-le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales ou son représentant " sont remplacés par les mots : "-le directeur de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ou son représentant " et les mots : "-le directeur départemental de la jeunesse et des sports ou son représentant " sont supprimés.

II.-L’intitulé de la section 2 du chapitre V est remplacé par : " Compétence de la commission pour la cohésion sociale et l’égalité des chances ".

III.-A l’article R. 145-4, les mots : " commission départementale de la cohésion sociale " sont remplacés par les mots : " commission pour la cohésion sociale et l’égalité des chances ".

IV.-Les articles R. 145-5 et R. 145-6 ne sont pas applicables.

V.-Au 1° de l’article D. 146-10, les mots : " de l’association départementale des maires ou, à Paris, du maire de Paris " sont remplacés par les mots : " de l’association des maires de Mayotte ".

VI.-A l’article D. 146-14 :

1° Les 2° et 3° sont remplacés par un 2° ainsi rédigé :

" 2° Le bilan d’activité de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées ; "

2° Abrogé ;

3° A l’avant-dernier alinéa, les mots : " schéma départemental d’organisation sociale et médico-sociale " sont remplacés par les mots : " schéma départemental et schéma d’organisation médico-sociale de La Réunion et de Mayotte ".

VII.-Abrogé.

VIII.-Abrogé

IX.-Abrogé ;

X.-Abrogé.

XI.-A l’article R. 146-30, les mots : " le directeur départemental, du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle " sont remplacés par les mots : " le directeur du service en charge du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ".

XII.-Abrogé.

XIII.-Abrogé.

XIV.-L’article R. 146-38 est ainsi modifié :

1° Au I, la référence : " L. 146-3 " est remplacée par les mots : " L. 545-1 tel que maintenu en vigueur jusqu’à une date fixée par décret et au plus tard le 1er janvier 2016, en application du second alinéa du 3° de l’article 10 de l’ordonnance n° 2012-785 du 31 mai 2012 portant extension et adaptation du code de l’action sociale et des familles au Département de Mayotte " et au 5° du II, la référence : L. 146-9 est remplacée par les mots : L. 545-2 tel que maintenu en vigueur dans les conditions précitées de l’ordonnance du 31 mai 2012 ;

2° Le II est ainsi modifié :

a) Abrogé ;

b) Le 7° n’est pas applicable ;

c) Au 8°, les mots : " schéma départemental " sont remplacés par les mots : " schéma départemental et schéma d’organisation médico-sociale de La Réunion et de Mayotte " et les mots : " en application des articles L. 247-2 et L. 247-4, aux organismes et administrations intéressés " sont remplacés par les mots : " à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie et au ministre chargé des personnes handicapées " ;

3° Le III est remplacé par les dispositions suivantes :

" III.-Le responsable de ce traitement est le directeur de la maison des personnes handicapées. "

XV.-L’article R. 146-39 est ainsi modifié :

1° Abrogé ;

2° Au j du 1°, les mots : " des prestations mentionnées aux articles L. 541-1, L. 821-1 et L. 821-2 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " des allocations mentionnées à l’article 10-1 de l’ordonnance du 7 février 2002 relative à l’extension et la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale à Mayotte et à l’article 35 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte " et les mots : " à l’article L. 245-1 du code de l’action sociale et des familles " ne sont pas applicables ;

3° Abrogé ;

4° Abrogé ;

5° Abrogé.

XVI.-Abrogé.

XVII.-Abrogé.

XVIII.-L’article R. 146-42 est ainsi modifié :

1° Le 1° du I est remplacé par les dispositions suivantes :

1° Les agents de la collectivité, d’une part, pour le paiement des prestations prévues aux articles L. 245-1 et suivants et, d’autre part, pour le paiement des aides sociales légales et la prise en charge des frais liés aux transports scolaires prévue à l’article L. 213-11 du code de l’éducation ;

2° Au 2° du I, les mots : " des prestations prévues aux articles L. 541-1 et suivants et L. 821-1 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " des allocations mentionnées à l’article 10-1 de l’ordonnance du 7 février 2002 relative à l’extension et la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale à Mayotte et à l’article 35 de l’ordonnance du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte " ;

3° Au 4° du I, les mots : " Les agents des services départementaux de l’éducation nationale " sont remplacés par les mots : " Les agents du vice-rectorat de Mayotte " ;

4° Le 5° du I est ainsi rédigé :

" 5° Les agents du service en charge du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle pour la mise en œuvre des décisions d’orientation professionnelle. "

XIX.-Aux articles R. 147-25 et R. 147-26, la référence : " L. 543-14 " est supprimée.

XX.-Les articles D. 148-1 à R. 148-11-2 ne sont pas applicables.

XX bis.-A l’article R. 14-10-32 :

1° Au troisième alinéa du II, les mots : " de l’allocation prévue à l’article L. 541-1 du code de la sécurité sociale, du nombre de bénéficiaires de la prestation prévue aux articles L. 821-1, L. 821-2 de ce code et du nombre de bénéficiaires de la pension d’invalidité prévue à l’article L. 341-1 du même code ; " sont remplacés par les mots : " de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé prévue par l’article 10-1 de l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 modifiée relative à l’extension et la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale dans la collectivité départementale de Mayotte, du nombre de bénéficiaires de l’allocation pour adulte handicapé prévue par l’article 35 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 modifiée relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte et du nombre de bénéficiaires de la pension d’invalidité prévue à l’article 20-8-1 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 modifiée relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte " ;

2° Aux troisième, quatrième et au cinquième alinéas du II, les mots : " dans chaque département " sont remplacés par les mots : " dans le Département de Mayotte " ;

3° Au quatrième alinéa du II, les mots : " augmenté du nombre de bénéficiaires de l’allocation compensatrice mentionnée au même article dans sa rédaction antérieure à l’entrée en vigueur de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées " sont supprimés ;

4° Au c, les mots : " de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé prévue à l’article L. 541-1 du code de la sécurité sociale ou de l’allocation d’éducation spéciale prévue à l’article L. 541-1 dans sa rédaction antérieure à l’entrée en vigueur de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005, " sont remplacés par les mots : " de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé prévue par l’article 10-1 de l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 précitée, " ;

5° Au d, les mots : " de l’allocation pour adultes handicapés prévue aux articles L. 821-1 et L. 821-2 du code de la sécurité sociale, " sont remplacés par les mots : " de l’allocation pour adulte handicapé prévue par l’article 35 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 précitée, " ;

6° Au e, les mots : " de la pension d’invalidité prévue à l’article L. 341-1 du code de la sécurité sociale, " sont remplacés par les mots : " de la pension d’invalidité prévue à l’article 20-8-1 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 précitée, ".

XXI.-A l’article R. 14-10-34, il est ajouté un dernier alinéa ainsi rédigé :

" En application du I de l’article 12 de l’ordonnance n° 2012-785 du 31 mai 2012 portant extension et adaptation du code de l’action sociale et des familles au Département de Mayotte, la valeur " PFd " est égale à zéro. "

XXII. - -Abrogé ;

XXIII.-Au deuxième alinéa de l’article R. 14-10-36, les mots : " d’une part, et de l’allocation compensatrice d’autre part " et les mots : " et le nombre de bénéficiaires de l’allocation compensatrice " sont supprimés.

XXIV.-L’article R. 14-10-49 est ainsi modifié :

1° Au 1°, les mots : " ou agréés dans les conditions prévues à l’article L. 313-1-2 " ne sont pas applicables ;

2° Au 5°, la mention : " I bis " n’est pas applicable ;

3° Au 8°, les mots : " peuvent couvrir les frais mentionnés à l’article L. 6331-21 du code du travail et aux 1°, 2° et 3° de l’article R. 6332-50 du même code " sont remplacés par les mots : " peuvent couvrir les frais des actions de formations, de transport et d’hébergement, de rémunération et charges sociales y compris conventionnelles exposés par les stagiaires dans le cadre des actions de formation mentionnés aux articles L. 711-1 et L. 711-1-1 du code du travail applicable à Mayotte ".

XXV.-Au second alinéa de l’article R. 14-10-50, les mots : " visés à l’article L. 6332-1 du code du travail " sont remplacés par les mots : " mentionnés au a de l’article L. 741-2 du code du travail applicable à Mayotte ".

XXVI.-Au e de l’article R. 14-10-38, les mots : " à l’exception de ceux ouvrant droit à la majoration prévue à l’article L. 262-9 " sont supprimés.

XXVII.-A l’article R. 14-10-40, les mots : " à l’exception de ceux ouvrant droit à la majoration prévue à l’article L. 262-9 " sont supprimés.

XXVIII.-Les articles bis.-A l’article R. 14-10-42-3, la référence aux articles R. 14-10-42-1 et R. 14-10-42-2 est remplacée par la référence à l’article R. 14-10-42-1.

XXVII ter.-A l’article R. 14-10-42-5, les mots : " et celles exposées pour des actions prévues au 2° du même article " ne sont pas applicables.

XXVIII.-Les articles R. 14-10-42-2, R. 14-10-43 à R. 14-10-45 ne sont pas applicables.

Chapitre II : Adaptations du livre II

Section 3 : Personnes âgées

Article R542-3

Pour l’application du titre III du livre II :

I.-L’article R. 231-1 n’est pas applicable.

II.-Au premier alinéa de l’article R. 231-2, les mots : " ressources supérieures à celles prévues pour l’octroi de l’allocation simple " sont remplacés par les mots : " ressources supérieures à celles prévues pour l’octroi de l’allocation spéciale pour les personnes âgées prévue à l’article 28 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ".

III.-Au deuxième alinéa de l’article R. 231-3, les mots : " pour l’octroi de l’allocation de solidarité aux personnes âgées et prévue à l’article L. 815-9 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " pour l’octroi de l’allocation spéciale pour les personnes âgées prévue à l’article 28 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ".

IV.-(Abrogé).

V.-(Abrogé).

VI.-(Abrogé).

VII.-A l’annexe 2-1 du présent code, les mots : " en logement-foyer " ne sont pas applicables.

VIII.-A l’article R. 232-2, les mots : " titulaires de la carte de résident ou d’un titre de séjour exigé pour résider régulièrement en France en application de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France ou en application de traités et accords internationaux. " sont remplacés par les mots : " titulaires d’une carte de résident ou d’un titre de séjour exigé en vertu des dispositions législatives ou réglementaires ou de traités ou accords internationaux pour résider régulièrement sur le territoire de Mayotte ".

IX.-L’article R. 232-5 est ainsi modifié :

1° Au cinquième alinéa, les mots : " ou au titre de la couverture maladie universelle " ne sont pas applicables ;

2° Le sixième alinéa est ainsi rédigé :

" 2° Les allocations de logement prévues à l’article 10 de l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 relative à l’extension et la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale dans la collectivité départementale de Mayotte et à l’article 42-1 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte " ;

3° Le septième alinéa n’est pas applicable.

X.-A l’article R. 232-6, les références : " articles R. 531-11 à R. 531-13 du code de la sécurité sociale " sont remplacées par les références : " articles R. 532-4 à R. 532-7 du code de la sécurité sociale ".

XI.-Au quatrième alinéa de l’article R. 232-7, après les mots : " une proposition définitive lui est adressée " sont ajoutés les mots : " ou remise en mains propres contre accusé de réception, ".

XII.-L’ article R. 232-9 est ainsi rédigé :

Art. R. 232-9.-Pour la détermination du plan d’aide, la valorisation des heures d’aide ménagère est opérée en tenant compte des dispositions régissant les statuts publics et du droit du travail applicable à Mayotte. "

XIII.-Au premier alinéa de l’article R. 232-12, et aux articles R. 232-13 et R. 232-14, les mots : " agréé dans les conditions fixées à l’article L. 129-1 du code du travail " sont remplacés par les mots : " autorisé dans les conditions prévues à l’article L. 313-3 ".

XIV.-A l’article R. 232-34, les mots : " des prestations minimales de vieillesse " sont remplacés par les mots : " de l’allocation spéciale pour les personnes âgées prévue à l’article 28 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ".

XV.-L’article D. 232-35 n’est pas applicable.

XVI.-Les articles R. 232-51 à R. 232-61 ne sont pas applicables.

XVII.-L’annexe 2-3 est ainsi modifiée :

1° Au A du I, les mots : " dans le cadre de la loi du 10 juillet 1989 " sont remplacés par les mots : " dans le cadre du présent code " ;

2° Au 2 du B du I :

a) Les rubriques relatives à l’allocation compensatrice pour tierce personne, à la prestation spécifique dépendance et à la prestation expérimentale dépendance ne sont pas applicables ;

b) La phrase : " Attention : l’allocation personnalisée d’autonomie n’est cumulable ni avec la prestation spécifique dépendance, ni avec l’allocation compensatrice pour tierce personne, ni avec la majoration pour aide constante d’une tierce personne, ni avec la prestation légale d’aide ménagère. " est remplacée par les deux phrases suivantes : " Attention : l’allocation personnalisée d’autonomie n’est cumulable avec aucune des prestations mentionnées à l’article L. 232-23. Il en est ainsi notamment de l’allocation représentative de services ménagers, de l’aide en nature accordée sous forme de services ménagers et de la prestation de compensation du handicap. "(Abrogé).

XI.-Au premier alinéa du II de l’article R. 232-7, après les mots : " une proposition définitive lui est adressée " sont ajoutés les mots : " ou remise en mains propres contre accusé de réception, ".

XII.-L’article R. 232-9 est ainsi rédigé :

Art. R. 232-9.-Pour la détermination du plan d’aide, la valorisation des heures d’aide ménagère est opérée en tenant compte des dispositions régissant les statuts publics et du droit du travail applicable à Mayotte, et en fonction de tarifs arrêtés par le président du conseil départemental, notamment selon qu’il y ait recours à un prestataire, un mandataire ou un emploi direct.

XIII.-L’article R. 232-11 est ainsi modifié :

1° Les mots : " le montant mensuel de la majoration pour aide constante d’une tierce personne " et les mots : " le montant de la majoration pour aide constante d’une tierce personne " sont remplacés, respectivement, par les mots : " une somme équivalente au montant mensuel de la majoration pour aide constante d’une tierce personne " et par les mots : " une somme équivalente au montant de la majoration pour aide constante d’une tierce personne " ;

2° Le II n’est pas applicable.

XIV.-A l’article R. 232-34, les mots : " de l’allocation de solidarité aux personnes âgées mentionnée à l’article L. 815-1 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " de l’allocation spéciale pour les personnes âgées prévue à l’article 28 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ".

XV.-A l’article D. 232-35, les mots : " l’allocation de solidarité aux personnes âgées mentionnée à l’article L. 815-1 du code la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " l’allocation spéciale pour les personnes âgées mentionnée à l’article 28 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ".

XVI.-Les articles R. 232-58 à R. 232-61 ne sont pas applicables.

XVII.-L’annexe 2-3 est ainsi modifiée :

1° Au A du I, les mots : " dans le cadre de la loi du 10 juillet 1989 " sont remplacés par les mots : " dans le cadre du présent code " ;

2° Au 2 du B du I :

a) Les rubriques relatives à la majoration pour aide constante d’une tierce personne, à la prestation complémentaire pour recours à une tierce personne et à l’allocation compensatrice pour tierce personne, ainsi qu’à l’aide ménagère au titre de l’aide sociale départementale, ne sont pas applicables ;

b) La phrase : " Attention : l’allocation personnalisée d’autonomie n’est cumulable ni avec la prestation spécifique dépendance, ni avec l’allocation compensatrice pour tierce personne, ni avec la majoration pour aide constante d’une tierce personne, ni avec la prestation légale d’aide ménagère. " est remplacée par les deux phrases suivantes : " Attention : l’allocation personnalisée d’autonomie n’est cumulable avec aucune des prestations mentionnées à l’article L. 232-23. Il en est ainsi notamment de l’allocation représentative de services ménagers, de l’aide en nature accordée sous forme de services ménagers et de la prestation de compensation du handicap. "

XVIII.-A l’article R. 233-1, les mots : " projet régional de santé mentionné à l’article L. 1434-2 " sont remplacés par les mots : " projet de santé mentionné à l’article L. 1443-4 ".

XIX.-A l’article R. 233-2, les mots : " agence régionale de santé " sont remplacés par les mots : " agence de santé de l’océan Indien ".

XX.-A l’article R. 233-6, la référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée, deux fois, par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1.

XXI.-A l’article R. 233-9, la référence aux 2°, 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1.

XXII.-Au I de l’article D. 233-12, les mots : " est inférieur à 1,291 fois le montant de la majoration pour aide constante d’une tierce personne mentionnée à l’article L. 355-1 du code de la sécurité sociale pour une personne seule et 1,936 fois le montant de la majoration pour aide constante d’une tierce personne précitée pour une personne vivant en couple " sont remplacés par les mots : " est inférieur à une somme équivalente à 1,291 fois le montant de la majoration pour aide constante d’une tierce personne mentionnée à l’article L. 355-1 du code de la sécurité sociale pour une personne seule et à une somme équivalente à 1,936 fois le montant de la majoration pour aide constante d’une tierce personne précitée pour une personne vivant en couple ".

XXIII.-L’annexe 2-11 est ainsi modifiée :

1° Après les mots : " Jusqu’à ", sont ajoutés les mots : " une somme équivalente à " ;

2° L’article : " De " est remplacé par les mots : " D’une somme égale à " ;

3° Le mot : " à " est remplacé par les mots : " à une somme égale à " ;

4° Les mots : " Au-delà de " sont remplacés par les mots : " Au-delà d’une somme égale équivalente à ".

XXIV.-L’article R. 233-13 est ainsi modifié :

1° Les mots : " directeur général de l’agence régionale de santé " sont remplacés par les mots : " directeur général de l’agence de santé de l’océan Indien " ;

2° Le 4° est ainsi rédigé :

" 4° Un représentant au moins des collectivités territoriales volontaires autres que le Département de Mayotte, désigné par l’assemblée délibérante ; " ;

3° Le 5° est ainsi rédigé :

" 5° Un représentant de la caisse de sécurité sociale de Mayotte au titre de la gestion du régime d’assurance vieillesse mentionné au 4° de l’article 22 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte, désigné par elle ; " ;

4° Le 6° est ainsi rédigé :

" 6° Un représentant de la caisse de sécurité sociale de Mayotte au titre de la gestion du régime d’assurance maladie mentionné au 1° de l’article 22 de l’ordonnance précitée du 20 décembre 1996, désigné par elle, qui peut être le même que celui prévu au 5°, sans préjudice des dispositions prévues à l’article R. 233-14. Il dispose alors des voix déterminées à cet article pour chacun des membres qu’il représente ; " ;

5° Le 7° est ainsi rédigé :

" 7° Un représentant de la caisse de sécurité sociale de Mayotte au titre de la gestion du régime de sécurité sociale des travailleurs indépendants en application des articles 19 et 22 de l’ordonnance précitée du 20 décembre 1996 ; " ;

6° Le 8° est ainsi rédigé :

" 8° Un représentant à Mayotte pour la caisse de la mutualité sociale agricole mentionnée à l’article L. 781-44 du code rural et de la pêche maritime, gestionnaire du régime de sécurité sociale des non-salariés agricoles, désigné par elle ; " ;

7° Le 10° est complété par les mots : " ou par un organisme mutualiste adhérent ".

XXV.-Au I de l’article R. 233-14, les mots : " l’agence régionale de santé " sont remplacés par les mots : " l’agence de santé de l’océan Indien ".

XXVI.-L’article R. 233-18 est ainsi modifié :

1° La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

2° Le 4° n’est pas applicable ;

3° Au 5°, la référence à l’article L. 14-10-10 est remplacée par la référence au 2° de l’article L. 14-10-10.

XXVII.-L’article R. 233-20 est complété par les mots : ", telle qu’applicable à Mayotte en vertu de l’article R. 541-4 ".

Section 4 : Personnes handicapées

Article R542-4

Pour l’application du titre IV du livre II :

I.-La section 2 du chapitre Ier du titre IV du livre II n’est pas applicable.

II.-Abrogé.

III.-Le sixième alinéa de l’article R. 241-12 n’est pas applicable.

IV.-Abrogé.

V.-Les quatre premiers alinéas de l’article R. 241-15 sont remplacés par un alinéa ainsi rédigé :

" La carte d’invalidité mentionnée à l’article L. 241-3 est surchargée d’une mention " besoin d’accompagnement ", lorsque la personne doit être accompagnée dans ses déplacements. "

VI.-A l’article R. 242-15, les mots : " des articles 1er à 4 du décret n° 84-478 du 19 juin 1984 relatif aux conditions d’application de l’article 29 de la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983 en ce qui concerne le transport des élèves et étudiants gravement handicapés et, pour la région Ile-de-France, par les dispositions des articles 1er à 7 du décret n° 77-864 du 22 juillet 1977 fixant les conditions d’application de l’article 8 de la loi n° 75-534 du 30 juin 1975 d’orientation en faveur des personnes handicapées " sont remplacés par les mots : " des articles R. 213-13 à R. 231-16 du code de l’éducation ".

VII.-L’article R. 241-16 est ainsi modifié :

1° Abrogé ;

2° Le 2° n’est pas applicable.

VIII.-L’article R. 241-17 est ainsi modifié :

1° Le premier alinéa est ainsi rédigé :

" L’instruction de la demande mentionnée à l’article R. 241-16 est assurée, sauf pour les bénéficiaires de l’allocation prévue à l’article L. 232-1 et classés dans le groupe 1 ou 2 de la grille nationale mentionnée à l’article L. 232-2, par le médecin exerçant en maison départementale des personnes handicapées. " ;

2° Les 1° et 2° ne sont 2° n’est pas applicables. ;

IX.-Les membres de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées destinataires d’informations et de données personnelles pour l’exercice de leurs fonctions sont tenus au respect de la confidentialité.

X.-Abrogé.

XI.-Abrogé.

XII.-L’article R. 241-27 est ainsi modifié :

1° Abrogé ;

2° Abrogé.

XIII.-L’article R. 241-28 est ainsi modifié :

1° Abrogé ;

2° Abrogé ;

3° Au cinquième alinéa, les mots : " l’article L. 323-10 du code du travail " sont remplacés par les mots : " l’article L. 328-18 du code du travail applicable à Mayotte ".

XIV.-Abrogé.

XV.-A l’article R. 241-34, après le mot : " missions ", il est ajouté : " au préfet, vice-recteur, au président du conseil général et au vice-recteur. "

XVI.-A l’article D. 242-14, les mots : " pour les établissements d’éducation mentionnés à l’article L. 160-8 du code de la sécurité sociale, " sont remplacés par les mots : " pour les autres établissements et services du 2° et 12° du I de l’article L. 312-1 ".

XVII.-L’article R. 242-16 est remplacé par les dispositions suivantes :

" Art. R. 242-16.-Les dispositions relatives à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé sont fixées aux articles 19-1 à 19-5 du décret n° 2002-423 du 29 mars 2002 relatif aux prestations familiales à Mayotte. "

XVIII.-A l’article R. 243-1 :

1° Abrogé ;

2° Abrogé ;

3° Les mots : " ayant une capacité de travail inférieure à un tiers au sens de l’article R. 341-2 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " ayant une capacité de travail ou de gain réduite des deux tiers en application de l’article 30-3 du décret n° 2004-942 du 3 septembre 2004 portant application de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ".

XIX.-Abrogé.

XX.-A l’article R. 243-5 :

1° Les mots : " du salaire minimum de croissance " sont remplacés par les mots : " du salaire minimum interprofessionnel garanti en vigueur à Mayotte " ;

2° Après les mots : " à l’article L. 212-1 du code du travail ", sont insérés les mots : " applicable à Mayotte ".

XXI.-A l’article R. 243-6 :

1° Au premier alinéa, les mots : " du salaire minimum de croissance " sont remplacés par les mots : " du salaire minimum interprofessionnel garanti en vigueur à Mayotte " ;

2° Au deuxième alinéa, les mots : " du salaire minimum de croissance " sont remplacés par les mots : " de ce même salaire " et les mots : " du salaire minimum de croissance " sont remplacés par les mots : " de ce salaire minimum " ;

3° Au troisième alinéa, les mots : " de croissance " ne sont pas applicables.

XXII.-A l’article R. 243-8, les mots : " au directeur départemental des affaires sanitaires et sociales " sont remplacés par les mots : " au directeur de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Mayotte ".

XXIII.-A l’article R. 243-9 :

1° Au premier alinéa, les mots : " Les cotisations prévues à l’article L. 242-1 du code de la sécurité sociale et aux articles L. 741-3, L. 741-9, L. 751-10 à L. 751-13 du code rural et de la pêche maritime " sont remplacés par les mots : " Les cotisations prévues aux articles 28-1 à 28-6 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte " ;

2° Au dernier alinéa, les mots : " agréée par l’Etat au sens de l’article L. 931-4 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " agréée par l’autorité de contrôle prudentiel ".

XXIV.-L’article R. 243-12 est remplacé par les dispositions suivantes :

" Art. R. 243-12.-Tout travailleur handicapé accueilli en établissement ou service d’aide par le travail bénéficie, sur justification et à l’occasion de certains événements familiaux, des autorisations exceptionnelles d’absence pour évènements familiaux mentionnés à l’article L. 224-1 du code du travail applicable à Mayotte. "

XXV.-L’article R. 243-13 est remplacé par les dispositions suivantes :

" Art. R. 243-13.-Le travailleur handicapé bénéficie de l’autorisation d’absence prévue à l’article L. 122-47-1 du code du travail applicable à Mayotte ainsi que des congés prévus aux articles L. 122-48 et L. 224-1 de ce même code. "

XXVI.-L’article R. 244-1 est remplacé par les dispositions suivantes :

" Art. R. 244-1.-Les dispositions relatives à l’allocation pour adulte handicapé sont fixées aux articles 35 à 42 de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte. "

XXVII.-Abrogé.

XXVIII.-Au d du 1° de l’article D. 247-5, avant les mots : " de l’emploi ", sont insérés les mots : " du travail, " et après le mot : " compétents ", sont ajoutés les mots : " et le vice-recteur ; "

XXIX.-Abrogé.

XXX.-Abrogé.

XXXI.-Pour l’application du 3° du A du XIII de l’article L. 542-4 par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, sur justificatifs produits par les intéressés :

1° Les taux de réduction de l’activité professionnelle d’un ou des parents sont ceux mentionnés au 2°, aux a et b du 3°, et aux b et c du 4° de l’article R. 541-2 du code de la sécurité sociale ;

2° La cessation ou la renonciation à exercer une activité professionnelle d’un ou des parents s’entend de celle définie au a du 4°, au 5° et au 6° du même article ;

3° La condition du recours à une tierce personne rémunérée est celle définie aux 2°, 3°, aux a, b et c du 4° et aux 5° et 6° du même article ;

4° La condition exclusive de dépenses particulièrement coûteuses est celle mentionnée aux 1°, 2°, c du 3° et d du 4° du même article ;

5° L’activité à temps plein doit être entendue comme l’activité exercée conformément à la durée légale du travail en vigueur fixée par le code du travail applicable à Mayotte.

XXXII.-A l’article R. 245-1 :

1° Au premier alinéa, les mots : " ou à Saint-Pierre-et-Miquelon " sont remplacés par les mots : " à Mayotte ou à Saint-Pierre-et-Miquelon " ;

2° Au dernier alinéa, les mots : " titulaires d’une carte de résident ou d’un titre de séjour exigé pour résider régulièrement en France en application de la législation relative aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France ou en application de traités et accords internationaux. " sont remplacés par les mots : " titulaires d’une carte de résident ou d’un titre de séjour exigé en vertu des dispositions législatives ou réglementaires ou de traités ou accords internationaux pour résider régulièrement sur le territoire de Mayotte ".

XXXIII.-L’article D. 245-32-1 est ainsi modifié :

1° Au premier alinéa, les mots : " Le choix prévu au III de l’article L. 245-1 " sont remplacés par les mots : " le choix prévu au 3° du A du XIII de l’article L. 542-4 " ;

2° Au premier alinéa, après les mots : " l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ", sont ajoutés les mots : " prévue au premier alinéa de l’article 10-1 de l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 relative à l’extension et la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale dans la collectivité départementale de Mayotte, " ;

3° Au premier alinéa, les mots : " de son complément et " sont supprimés ;

4° Au deuxième alinéa, les mots : " ou, si elle ne perçoit aucune des deux prestations, il est présumé qu’elle souhaite percevoir le complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé. " sont supprimés ;

5° Le II n’est pas applicable

XXXIV.-L’ article D. 245-34 est ainsi rédigé :

Art. D. 245-34.-La date d’ouverture des droits est le premier jour du mois du dépôt de la demande.

En cas d’interruption de l’aide décidée en application de l’article R. 245-71, celle-ci prend effet à compter de la date à laquelle la commission des personnes handicapées a statué. "

XXXV.-Au second alinéa de l’article R. 245-36, les mots : " l’allocation prévue à l’article L. 541-1 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " l’allocation prévue au premier alinéa de l’article 10-1 de l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 relative à l’extension et la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale dans la collectivité départementale de Mayotte ".

XXXVI.-Les articles D. 245-43 et D. 245-44 ne sont pas applicables.

XXXVII.-L’article R. 245-47 est ainsi modifié :

1° Les mots : " en application du livre III du code du travail " sont remplacés par les mots : " en application du code du travail applicable à Mayotte " ;

2° Le 3° n’est pas applicable ;

3° Au 4°, les mots : " en application des livres III, IV et VII du code de la sécurité sociale ; " sont remplacés par les mots : " en application de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 modifiée relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte et de l’ordonnance n° 2006-1588 du 13 décembre 2006 relative au régime de prévention, de réparation et de tarification des accidents du travail et des maladies professionnelles à Mayotte ; "

XXXVIII.-L’ article R. 245-48 est ainsi rédigé :

Art. R. 245-48.-Les prestations sociales à objet spécialisé mentionnées à l’article L. 245-6 sont les suivantes :

1° Prestations familiales prévues par l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 modifiée relative à l’extension et à la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale dans la collectivité départementale de Mayotte ;

2° Allocations mentionnées au titre VI de l’ordonnance n° 2002-411 du 27 mars 2002 modifiée relative à la protection sanitaire et sociale à Mayotte ;

3° Allocations de logement mentionnées par l’ordonnance du 7 février 2002 précitée et à l’article 42-1 de l’ordonnance du 27 mars 2002 précitée ;

4° Revenu de solidarité active prévu au chapitre II du titre VI du présent livre ;

5° Rente ou indemnité en capital pour la victime ou ses ayants droit mentionnée par l’ordonnance n° 2006-1588 du 13 décembre 2006 relative au régime de prévention, de réparation et de tarification des accidents du travail et des maladies professionnelles à Mayotte ;

6° Prestations en nature au titre de l’assurance maladie, maternité, accident du travail et décès.

XXXIX.-L’article R. 245-68 n’est pas applicable.

XL.-A l’article D. 245-76, après les mots : " de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé " sont ajoutés les mots : " prévue par l’ordonnance n° 2002-149 du 7 février 2002 modifiée relative à l’extension et à la généralisation des prestations familiales et à la protection sociale dans la collectivité départementale de Mayotte ".

XLI.-Le chapitre III de l’annexe 2-5 est ainsi modifié :

1° Au troisième alinéa du 1, les mots : " figurant dans la liste des produits et prestations remboursables (6) (LPPR) " sont remplacés par les mots : " régis par les dispositions prévues au deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 modifiée relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte. " ;

2° Au b du 2, les mots : " (qu’elles figurent ou non dans la liste des produits et prestations remboursables) " sont remplacés par les mots : " (qu’elles soient régies ou non dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 précitée) " ;

3° Au 3 :

a) Au premier alinéa du a, les mots : " figurant sur la liste des produits et prestations remboursables " sont remplacés par les mots : " régies dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 précitée " ;

b) Au deuxième alinéa du a, les mots : " mentionnés dans cette liste " sont remplacés par les mots : " régis dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article 20-5 précité " et les mots : " au code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " au régime de sécurité sociale de Mayotte " ;

c) Au troisième alinéa du a :

  • les mots : " dans la liste des produits et prestations remboursables " sont remplacés par les mots : " parmi les produits et prestations régis dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 précitée " ;
  • les mots : " figurant dans cette liste " sont remplacés par les mots : " qui y figurent " ;
  • les mots : " les produits écartés de la liste des produits et prestations remboursables " sont remplacés par les mots : " les produits écartés du deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 précitée " ;

d) Au quatrième alinéa du a, les mots : " identiques à celles prévues dans la liste des produits et prestations remboursables " sont remplacés par les mots : " identiques à celles régies dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 précitée " ;

e) Le b est ainsi rédigé :

" Aides techniques hors produits et prestations pris en charge au titre du deuxième alinéa de l’article 20-5 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 précitée ".

Chapitre III : Adaptations du livre III

Section 1 : Etablissements et services soumis à autorisation

Article R543-1

Pour l’application du titre Ier du livre III :

I.-L’article D. 311 est ainsi modifié :

1° Au premier alinéa, les références : " 10° " et " 13° " ne sont pas applicables ;

2° Au 5° du V, les mots : " et en centre d’accueil pour demandeurs d’asile, " ne sont pas applicables.

II.-Au dernier alinéa des articles D. 311-3, D. 311-8 et D. 311-10, les mots : " relevant des 8°, 9° et 13° de l’article L. 312-1 " sont remplacés par les mots : " relevant des 8° et 9° de l’article L. 312-1 ".

III.-Au dernier alinéa de l’article D. 312-1, les mots : " dans les établissements mentionnés aux I bis, II et III de l’article L. 313-12 " sont remplacés par les mots : " dans les établissements mentionnés aux II et III de l’article L. 313-12 ".

IV.-A l’article D. 312-3, la référence : " L. 232-13 " est remplacée par la référence : " L. 113-2 ".

V.-A l’article D. 312-5-1 :

1° Les mots : " de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales " sont remplacés par les mots : " ou de l’inspecteur de l’agence de santé de l’océan Indien ayant la qualité de médecin " ;

2° ((Abrogé).

VI.-L’article D. 312-6 n’est pas applicable.

VII.-A l’article D. 312-7 :

1° Au premier alinéa, les mots : " et les missions d’un service d’aide et d’accompagnement défini à l’article D. 312-6 " ne sont pas applicables ;

2° Au second alinéa, les mots : " aux articles D. 312-2 et D. 312-6 " sont remplacés par les mots : " à l’article D. 312-2 ".

VIII.-Au premier alinéa de l’article D. 312-7-1, les mots : " aux articles D. 312-2 et D. 312-6 " sont remplacés par les mots : " à l’article D. 312-2 ".

IX.-(Abrogé).

X.-(Abrogé).

XI.-(Abrogé).

XII.-L’article D. 312-10-13 est ainsi modifié :

1° Au premier alinéa, les mots : " Le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales et le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant sur délégation du recteur d’académie, " sont remplacés par les mots : " Le directeur de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale et le vice-recteur de l’académie, " ;

2° Au dernier alinéa, les mots : " conseil départemental de l’éducation nationale " sont remplacés par les mots : " conseil de l’éducation nationale de Mayotte ".

XIII.-La première phrase de l’article D. 312-27 n’est pas applicable et, à la seconde phrase, les mots : " Ce terrain " sont remplacés par les mots : " Le terrain d’assiette de l’établissement situé en milieu rural ".

XIV.-A l’article D. 312-58, les mots : " le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant sur délégation du recteur d’académie " sont remplacés par les mots : " le vice-recteur d’académie ".

XV.-(Abrogé).

XVI.-L’article D. 312-59-18 n’est pas applicable.

XVII.-A l’article D. 312-78, les mots : " recteur d’académie " sont remplacés par les mots : " vice-recteur d’académie ".

XVIII.-A l’article D. 312-80, les mots : " par le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales, " sont remplacés par les mots : " par l’autorité compétente pour délivrer l’autorisation mentionnée à l’article L. 313-3 ou par l’autorité compétente pour effectuer les contrôles en application du même article ".

XIX.-(Abrogé).

XX.-Au septième alinéa de l’article D. 312-116, les mots : " direction départementale des affaires sanitaires " sont remplacés par les mots : " direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ".

XXI.-Au septième alinéa de l’article D. 312-151, les mots : " des médecins inspecteurs départementaux de santé publique, des médecins départementaux de protection maternelle et infantile " sont remplacés par les mots : " des médecins inspecteurs de santé publique, des inspecteurs de l’agence de santé de l’océan Indien ayant la qualité de médecin et des médecins de protection maternelle et infantile ".

XXII.-(Abrogé)Au II de l’article D. 312-161, la référence aux II et III de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence au II de l’article L. 313-12.

XXIII.-(Abrogé).

XXIV.-L’article D. 312-176 est abrogé.

XXV.-A l’article D. 312-176-8, les mots : "-soit un établissement relevant du I bis de l’article L. 313-12 " ne sont pas applicables.

XXVI.-La sous-section 2 de la section 3 du chapitre II du titre Ier du livre III n’est pas applicable.

XXVII.-L’intitulé de la sous-section 3 de la section 3 du chapitre II du titre Ier du livre III est remplacé par l’intitulé : " Consultation du comité mahorais de coordination de l’emploi et de la formation professionnelle mentionné à l’article L. 711-4-2 du code du travail applicable à Mayotte et du conseil général ".

XXVIII.-A l’article D. 312-193-5 :

1° Les mots : " Le comité de coordination régional de l’emploi et de la formation professionnelle " sont remplacés par les mots : " Le comité mahorais de coordination de l’emploi et de la formation professionnelle mentionné à l’article L. 711-4-2 du code du travail applicable à Mayotte " ;

2° Les mots : " le conseil régional " sont remplacés par les mots : " le conseil général de Mayotte ".

XXIX.-L’article D. 312-204 est abrogé.

XXX.-L’article R. 313-1 est ainsi modifié :

1° Au b du 1° du II, les mots : " et à l’issue d’un appel à candidatures organisé dans des conditions fixées par le président du conseil général " sont remplacés par les mots : " ou, en l’absence de proposition, à l’issue d’un appel à candidatures organisé dans des conditions fixées par le président du conseil général pour chacune de ces deux catégories et à l’issue d’un appel à candidatures organisé selon les mêmes modalités " ;

2° Au b du 2° du II, les mots : " la commission spécialisée pour les prises en charge et accompagnements médico-sociaux de la conférence régionale de la santé et de l’autonomie " et les mots : " la conférence régionale de la santé et de l’autonomie " sont remplacés par les mots : " la conférence de la santé et de l’autonomie de Mayotte " ;

3° Le b du 4° du II est complété par les mots : " ou, en l’absence de proposition, à l’issue d’un appel à candidatures qu’ils organisent " ;

4° Il est ajouté, à la fin du II, un alinéa ainsi rédigé :

" La commission mentionnée au présent II peut comprendre un nombre inférieur de membres, sous réserve que ce nombre ne soit pas inférieur à quatre et que la parité entre les membres énoncée aux a et b des 1° à 6° soit respectée " ;

XXXI.-Les articles D. 313-15-1 à D. 313-15-4 ne sont pas applicables.

XXXII.-A l’article R. 313-31, les mots : " au titre de l’article L. 162-24-1 du code de la sécurité sociale " ne sont pas applicables.

XXXIII.-A l’article R. 314-1, il est ajouté un dernier alinéa ainsi rédigé :

" Jusqu’au 31 décembre 2016, et pour l’application du 6° du XXI de l’article L. 543-1, le financement et la tarification des établissements et services énumérés aux 2°, 3°, 5°, 7° et 9° du I de l’article L. 312-1 sont assurés selon les modalités prévues aux articles R. 314-39 à R. 314-43-1. "

XXXIV.-Au 8° de l’article R. 314-26, les mots : " mentionnés au 6° de l’article L. 160-8 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " mentionnés aux articles L. 1411-2 et L. 1411-6 du code de santé publique ".

XXXV.-A l’article R. 314-36 :

1° Au 2° du I, les mots : ", au 8° et au 13° " sont remplacés par les mots : " et au 8° " ;

2° Au même 2°, après les mots : " ainsi qu’au I de l’article L. 361-1 ", sont ajoutés les mots : " à compter du 1er janvier 2016 ".

XXXVI.-Au 3° de l’article R. 314-45, les mots : " et au compte épargne-temps " ne sont pas applicables.

XXXVII.-A l’article R. 314-60, les mots : " Lorsque le directeur de la caisse d’allocations familiales du lieu d’implantation des services mentionnés au I de l’article L. 361-1 ou à l’article L. 361-2 financés en totalité ou en partie par cet organisme en fait la demande, " sont remplacés par les mots : " Lorsque le directeur de l’organisme gestionnaire du régime des prestations familiales à Mayotte qui a financé en totalité ou en partie les services mentionnés au I de l’article L. 361-1 ou à l’article L. 361-2 en fait la demande, " .

XXXVIII.-A l’article R. 314-62 :

1° Au deuxième alinéa du I, les mots : " le directeur interrégional de la protection judiciaire de la jeunesse " sont remplacés par les mots : " le directeur territorial de la protection judiciaire de la jeunesse, " ;

2° Au troisième alinéa du I, les mots : ", le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, le directeur départemental chargé de la cohésion sociale, le directeur régional et le directeur territorial de la protection judiciaire de la jeunesse, le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi " sont remplacés par les mots : ", le directeur de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, le directeur territorial de la protection judiciaire de la jeunesse et le directeur des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi ".

XXXIX.-Au II de l’article R. 314-96, les mots : " des dispositions du II de l’article R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " du présent chapitre ".

XL.-A l’article R. 314-105 :

1° Au II :

a) Au 1°, les mots : " par l’assurance maladie en application du 3° de l’article L. 160-8 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " par l’assurance maladie de Mayotte pour la couverture, sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, des frais de traitement des enfants ou adolescents handicapés, mentionnés au 12° de l’article 20-1 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte " ;

b) Au même 1°, les mots : " fixées aux articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

c) Au 2°, les mots : " pour les autres établissements et services, par l’assurance maladie en application du 3° de l’article L. 160-8 du code de la sécurité sociale, " sont remplacés par les mots : " pour les autres établissements et services du 2° et 12° du I de l’article L. 312-1, par l’assurance maladie de Mayotte pour la couverture, sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, des frais d’hébergement et de traitement des enfants ou adolescents handicapés, mentionnés au 12° de l’article 20-1 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 susmentionnée " ;

2° Au VI, les mots : " et en vertu des dispositions du 1° de l’article L. L. 321-1 du code de la sécurité sociale pour les frais de traitement, " sont remplacés par les mots : " et pour les frais de traitement mentionnés au 13° de l’article 20-1 de l’ordonnance du 20 décembre 1996 susmentionnée " ;

3° Au VII :

a) Au 1°, les mots : " fixée par les articles R. 174-9 à R. 174-16 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

b) Au 3°, les mots : " fixées aux articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

4° Au VIII :

a) Au 2°, les mots : " en vertu des articles L. 174-7 et L. 162-24-1 du code de la sécurité sociale, " ne sont pas applicables ;

b) Au 4°, les mots : " fixées aux articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

5° Au X :

a) Au 1°, les mots : " fixées par les articles R. 174-7 et R. 174-8 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

b) Au 2°, les mots : " fixées aux articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

6° Au XI :

a) Les mots : " en vertu des dispositions combinées des articles L. 162-24-1, L. 174-7 et L. 160-8 du code de la sécurité sociale, " ne sont pas applicables ;

b) Les mots : " fixées aux articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

7° Au 1° du XII, les mots : " fixées par les articles R. 174-9 à R. 174-16 du code de la sécurité sociale ; " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code ; ".

XLI.-A l’article R. 314-111 :

1° Au 1°, les mots : " prévues par les articles R. 174-7 et R. 174-8 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

2° Au 2°, les mots : " prévues par les articles R. 174-9 à R. 174-16 du code de la sécurité sociale ; " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code " ;

3° Au 3°, les mots : " prévues par les articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code ".

XLII.-Au 2° de l’article R. 314-123, les mots : " prévues par les articles R. 174-16-1 à R. 174-16-5 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " fixées dans les conditions du présent code ".

XLIII.-Au III de l’article R. 314-125 et aux II et III de l’article R. 314-126, les mots : " du directeur interrégional de la protection judiciaire de la jeunesse " sont remplacés par les mots : " du directeur territorial de la protection judiciaire de la jeunesse ".

XLIV.-A l’article R. 314-128, les mots : " au directeur départemental des affaires sanitaires et sociales " sont remplacés par les mots : " au directeur de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ".

XLV.-A l’article R. 314-150, les mots : " et des centres d’accueil pour demandeurs d’asile mentionnés à l’article L. 348-1, le préfet de la région d’implantation " sont remplacés par les mots : " le préfet de Mayotte ".

XLVI.-A l’article R. 314-151, les mots : " ou d’un centre d’accueil pour demandeurs d’asile " ne sont pas applicables.

XLVII.-Au deuxième alinéa de l’article R. 314-154, les mots : " après avis du conseil départemental de l’insertion par l’activité économique, " ne sont pas applicables.

XLVIII.-Aux premier et troisième alinéas de l’article R. 314-157, les mots : " et le centre d’accueil pour demandeurs d’asile, " ne sont pas applicables.

XLIX.-Au dernier alinéa de l’article R. 314-167, les mots : " projet régional de santé prévu à l’article L. 1434-1 du code de la santé publique " sont remplacés par les mots : " projet de santé prévu à l’article L. 1434-1 et au 5° de l’article L. 1443-1 du code de la santé publique ".

L.-L’article R. 314-168 est ainsi modifié :

1° Au premier alinéa, les mots : " Sont à la charge des régimes obligatoires de base de l’assurance maladie dans les conditions prévues par le code de la sécurité sociale ou de l’aide médicale, " sont remplacés par les mots : " Sont à la charge des régimes d’assurance maladie en vigueur à Mayotte, " ;

2° A l’avant-dernier alinéa, les mots : " mentionnée à l’article L. 160-13 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " mentionnée à l’article 20-2 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte ".

LI.-Au second alinéa de l’article R. 314-177, les mots : " Afin de répartir les enveloppes régionales de crédits " sont remplacés par les mots : " Afin de répartir les enveloppes régionales de crédits pour La Réunion et pour Mayotte " et les mots : " l’autorité régionale compétente pour l’assurance maladie tient compte " sont remplacés par les mots : " il est tenu compte de la valeur nette moyenne commune du point retenu pour Mayotte et La Réunion ".

LII.-A l’article R. 314-178 :

1° Les mots : " au calcul de la valeur moyenne régionale " sont remplacés par les mots : " au calcul de la valeur moyenne commune à La Réunion et Mayotte " ;

2° Les mots : " au calcul de la valeur régionale de tous les autres indicateurs " sont remplacés par les mots : " pour Mayotte et pour La Réunion, au calcul de la valeur commune de tous les autres indicateurs ".

LIII.-(Abrogé).

LIV.-Le dernier alinéa de l’article R. 314-182 n’est pas applicable.

LV.-(Abrogé).

LVI.-A l’article R. 314-187, les mots : " soit au titre de l’aide médicale, soit par un organisme d’assurance maladie, " sont remplacés par les mots : " au titre du régime d’assurance maladie géré par la caisse de sécurité sociale de Mayotte ".

LVII.-Au second alinéa de l’article R. 314-189, les mots : " prévue à l’article R. 174-9 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " prévue au présent code ".

LVIII.-L’article R. 314-193-2 est remplacé par les dispositions suivantes :

" Art. R. 314-193-2.-A Mayotte, les organismes de sécurité sociale consultés en application du VIII de l’article L. 314-1 sont l’organisme gestionnaire du régime des prestations familiales, la caisse de sécurité sociale de Mayotte ainsi qu’à compter du 1er janvier 2015, la caisse de mutualité sociale agricole mentionnée à l’article L. 762-1-2 du code rural et de la pêche maritime. "

LIX.-L’article R. 314-193-4 est remplacé par les dispositions suivantes :

" Art. R. 314-193-4.-A Mayotte, les organismes locaux de sécurité sociale consultés en application du IX de l’article L. 314-1 sont les organismes mentionnés à l’article R. 314-193-2.

LX.-A l’article R. 314-194, le V n’est pas applicable.

LXI.-A l’article R. 314-200, les mots : " dans les conditions prévues à l’article L. 123-1 du code de la sécurité sociale " sont remplacés par les mots : " dans les conditions applicables à Mayotte en application du VII de l’article 22 de l’ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 relative à l’amélioration de la santé publique, à l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte ".

LXII.-A l’article R. 314-202, après les mots : " durée légale du travail ", sont insérés les mots : " en vigueur à Mayotte ".

LXIII.-(Abrogé).

LXIV.-Au premier alinéa de l’article D. 314-205, les références : " 2°, 3° et 4° " sont remplacées par les références : " 2° et 4° ".

LXV.-A l’article R. 314-208, les mots : " de la dotation régionale limitative mentionnée au II de l’article L. 314-3 " sont remplacés par les mots : " de la dotation pour Mayotte prévue en application du XIX de l’article L. 543-1 ".

LXVI.-A l’article R. 315-6 :

1° Au premier alinéa :

a) Les mots : " douze membres " sont remplacés par les mots : " cinq à douze membres " ;

b) Les mots : " Ce nombre est porté à treize " sont remplacés par les mots : " La composition du conseil est augmentée d’un représentant " ;

2° Aux 1° et 3°, le mot : " trois " est remplacé par les mots : " un à trois " ;

3° Aux 4° à 6°, le mot : " deux " est remplacé par les mots : " un à deux ".

LXVII.-A la première phrase de l’article R. 315-7, les mots : " les trois représentants " sont remplacés par les mots : " le ou les représentants ".

LXVIII.-A l’article R. 315-8 :

1° Au premier alinéa :

a) Le mot : " douze " est remplacé par le mot : " cinq " ;

b) Le mot : " treize " est remplacé par le mot : " six " ;

2° Aux 1° et 3°, les mots : " Trois représentants " sont remplacés par les mots : " Un représentant " ;

3° Aux 4° à 6°, le mot : " deux " est remplacé par le mot : " un ".

LXIX.-Au II de l’article R. 315-9, les mots : " les trois représentants au moins mentionnés au 3° de l’article R. 315-8, " sont remplacés par les mots : " le représentant au moins mentionné au 3° de l’article R. 315-8 ".

LXX.-(Abrogé).

LXXI.-Au II de l’article D. 316-5, les mots : " du salaire minimum de croissance déterminé dans les conditions prévues aux articles L. 3231-2 à L. 3231-11 du code du travail, " sont remplacés par les mots : " du salaire minimum interprofessionnel garanti déterminé dans les conditions prévues au code de travail applicable à Mayotte " et les mots : " à 14,5 fois la valeur horaire du salaire minimum de croissance, " sont remplacés par les mots : " à 14,5 fois la valeur horaire du salaire minimum interprofessionnel garanti en vigueur à Mayotte, ".

LXXII.-Au I de l’article D. 316-6, les mots : " indexés sur la valeur du salaire minimum de croissance en vigueur au 1er janvier de l’année " sont remplacés par les mots : " indexés sur la valeur du salaire minimum interprofessionnel garanti en vigueur à Mayotte au 1er janvier de l’année ".

LXXIII.-Au h de l’annexe 3-1 du présent code :

1° Les mots : " nécessaire à la détermination de la participation journalière prévue au premier alinéa du I de l’article L. 232-8 du code de l’action sociale et des familles " ne sont pas applicables ;

2° Les mots : " au premier alinéa du II de l’article L. 232-8 dudit code " sont remplacés par les mots : " à l’article L. 314-2 ".

LXXIV.-(Abrogé).

Titre V : Territoire des Iles Wallis et Futuna

Chapitre VI : Dispositions relatives à l'accompagnement des victimes de la prostitution

Article R556-1

Les articles R. 121-12-1, R. 121-12-2, R. 121-12-3, R. 121-12-4, R. 121-12-5, R. 121-12-6, R. 121-12-7, R. 121-12-8, R. 121-12-9, R. 121-12-10, R. 121-12-11 et R. 121-12-12 sont applicables à Wallis-et-Futuna dans leur rédaction résultant du décret n° 2016-1467 du 28 octobre 2016, sous réserve des adaptations suivantes :

1° Les mots : “ préfet de département ” sont remplacés par les mots : “ administrateur supérieur des îles Wallis-et-Futuna ” ;

2° L’article R. 121-12-1 est complété par les mots : “ ou de l’administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna ” ;

3° L’article R. 121-12-3 est complété par l’alinéa suivant : “ Lorsque le siège de l’association est implanté à Wallis-et-Futuna, la demande est adressée à l’administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna, qui prend la décision de délivrer l’agrément ” ;

4° L’article R. 121-12-6 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-6.-Une commission de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est créée à Wallis-et-Futuna. Elle est régie par les articles 8 et 9 du décret n° 2006-665 du 7 juin 2006 modifié.

“ La commission exerce auprès de l’administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna les missions prévues par l’article L. 121-9 du présent code. A ce titre, elle :

“ 1° Favorise la cohérence et le développement des politiques de protection et d’assistance en faveur des victimes de la prostitution, du proxénétisme et de la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle menées, par l’Etat et, le cas échéant, la collectivité de Wallis-et-Futuna ;

“ 2° Rend un avis sur les demandes qui lui sont soumises de mise en place et de renouvellement des parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ” ;

5° L’article R. 121-12-7 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-7.-La commission de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est présidée par l’administrateur supérieur des îles Wallis-et-Futuna ou son représentant. Elle est composée :

“ 1° D’un magistrat judiciaire relevant d’une des juridictions ayant son siège à Wallis-et-Futuna ; ce magistrat est désigné par les chefs de la cour d’appel de Nouméa ;

“ 2° Du commandant de compagnie de la gendarmerie ou son représentant ;

“ 3° D’un professionnel de santé représentant l’agence de santé de Wallis-et-Futuna ;

“ 4° Du vice-recteur de l’éducation nationale ou son représentant ;

“ 5° Du chef du service de l’inspection du travail et des affaires sociales ou son représentant ;

“ 6° De représentants de la collectivité de Wallis-et-Futuna, désignés par l’assemblée territoriale ;

“ 7° De représentants d’associations agréées conformément à l’article R. 121-12-2.

“ L’administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna arrête la liste des membres de la commission mentionnés aux 1°, 6° et 7°. Ses membres sont nommés pour une durée de trois ans renouvelable.

“ Le représentant d’une association agréée ne peut siéger à la commission lorsque la commission statue sur la situation individuelle d’une personne ayant fait l’objet par elle de l’instruction prévue au deuxième alinéa de l’article R. 121-12-9. ” ;

6° A l’article R. 121-12-8, le mot : “ départementale ” et les deuxième et quatrième alinéas de l’article R. 121-12-10 sont supprimés ;

7° L’article R. 121-12-11 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-11.-La personne engagée dans le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle prévue à l’article L. 121-9 peut notamment bénéficier :

“ 1° D’un accompagnement visant à faciliter l’accès aux soins, sur le plan physique et psychologique ;

“ 2° D’actions d’insertion sociale, visant à favoriser la socialisation, l’autonomie des personnes dans leur vie quotidienne et l’élaboration d’un projet d’insertion professionnelle, lorsqu’elles sont prévues par la collectivité de Wallis-et-Futuna. ”

Titre VI : Polynésie française

Article R566-1

Les articles R. 121-12-1, R. 121-12-2, R. 121-12-3, R. 121-12-4, R. 121-12-5, R. 121-12-6, R. 121-12-7, R. 121-12-8, R. 121-12-9, R. 121-12-10, R. 121-12-11 et R. 121-12-12 sont applicables en Polynésie française dans leur rédaction résultant du décret n° 2016 du 2016, sous réserve des adaptations suivantes :

1° Les mots : “ préfet de département ” sont remplacés par les mots : “ haut-commissaire de la République ” ;

2° L’article R. 121-12-1 est complété par les mots : “ ou du haut-commissaire de la République en Polynésie française ” ;

3° L’article R. 121-12-3 est complété par l’alinéa suivant : “ Lorsque le siège de l’association est implanté en Polynésie française, la demande est adressée au haut-commissaire de la République, qui prend la décision de délivrer l’agrément. ” ;

4° L’article R. 121-12-6 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-6.-Une commission de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est créée en Polynésie française. Elle est régie par les articles 8 et 9 du décret n° 2006-665 du 7 juin 2006.

“ La commission exerce auprès du haut commissaire de la République de Polynésie française les missions prévues par l’article L. 121-9 du présent code. A ce titre, elle :

“ 1° Favorise la cohérence et le développement des politiques de protection et d’assistance en faveur des victimes de la prostitution, du proxénétisme et de la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle menées, par l’Etat et, le cas échéant, la collectivité de Polynésie française ;

“ 2° Rend un avis sur les demandes qui lui sont soumises de mise en place et de renouvellement des parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle. ” ;

5° L’article R. 121-12-7 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-7.-La commission de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est présidée par le haut-commissaire de la République ou son représentant. Elle est composée :

“ 1° D’un magistrat relevant d’une des juridictions ayant son siège en Polynésie française ; ce magistrat est désigné par les chefs de la cour d’appel de Papeete ;

“ 2° Du directeur de la sécurité publique ;

“ 3° Du commandant de la gendarmerie de Polynésie française ou son représentant ;

“ 4° Du vice-recteur de l’éducation nationale ou son représentant ;

“ 5° De représentants de la collectivité de la Polynésie française, chargés notamment de la santé, des affaires sanitaires et sociales, de l’éducation, du travail et de l’emploi, désignés par les autorités de Polynésie française ;

“ 6° De représentants d’associations agréées conformément à l’article R. 121-12-2.

“ Le haut-commissaire de la République arrête la liste des membres de la commission mentionnés aux 1°, 5° et 6°. Ses membres sont nommés pour une durée de trois ans renouvelable.

“ Le représentant d’une association agréée ne peut siéger à la commission lorsque la commission statue sur la situation individuelle d’une personne ayant fait l’objet par elle de l’instruction prévue au deuxième alinéa de l’article R. 121-12-9. ” ;

6° A l’article R. 121-12-8, le mot : départementale et les deuxième et quatrième alinéas de l’article R. 121-12-10 sont supprimés ;

7° L’article R. 121-12-11 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-11.-La personne engagée dans le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle prévue à l’article L. 121-9 peut notamment bénéficier, lorsqu’ils sont prévus par les autorités de la collectivité de la Polynésie française :

“ 1° D’un accompagnement visant à faciliter l’accès aux soins, sur le plan physique et psychologique ;

“ 2° D’actions d’insertion sociale, visant à favoriser la socialisation, l’autonomie des personnes dans leur vie quotidienne et l’élaboration d’un projet d’insertion professionnelle.

Titre VII : Nouvelle-Calédonie

Article R576-1

Les articles R. 121-12-1, R. 121-12-2, R. 121-12-3, R. 121-12-4, R. 121-2-5, R. 121-12-6, R. 121-12-7, R. 121-12-8, R. 121-12-9, R. 121-12-10, R. 121-12-11 et R. 121-12-12 sont applicables à en Nouvelle-Calédonie dans leur rédaction résultant du décret n° 2016 du 2016, sous réserve des adaptations suivantes :

1° Les mots : “ préfet de département ” sont remplacés par les mots : “ haut-commissaire de la République ” ;

2° L’article R. 121-12-1 est complété par les mots “ ou du haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie ” ;

3° L’article R. 121-12-3 est complété par l’alinéa suivant : “ Lorsque le siège de l’association est implanté en Nouvelle-Calédonie, la demande est adressée au haut-commissaire de la République, qui prend la décision de délivrer l’agrément. ”

4° L’article R. 121-12-6 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-6.-Une commission de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est créée en Nouvelle-Calédonie. Elle est régie par les articles 8 et 9 du décret n° 2006-665 du 7 juin 2006 modifié.

“ La commission exerce auprès du haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie les missions prévues à l’article L. 121-9. A ce titre, elle :

“ 1° Favorise la cohérence et le développement des politiques de protection et d’assistance en faveur des victimes de la prostitution, du proxénétisme et de la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle menées, par l’Etat et, le cas échéant, les autorités compétentes de la Nouvelle-Calédonie ;

“ 2° Rend un avis sur les demandes qui lui sont soumises de mise en place et de renouvellement des parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle. ” ;

3° L’article R. 121-12-7 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-7.-La commission de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est présidée par le haut-commissaire de la République ou son représentant. Elle est composée :

“ 1° D’un magistrat relevant d’une des juridictions ayant son siège en Nouvelle-Calédonie ; ce magistrat est désigné par les chefs de la cour d’appel de Nouméa ;

“ 2° Du directeur de la sécurité publique ;

“ 3° Du commandant de la gendarmerie de Nouvelle-Calédonie ou son représentant ;

“ 4° Du vice-recteur de l’éducation nationale ou son représentant ;

“ 5° De représentants de la Nouvelle-Calédonie, chargés notamment de la santé, des affaires sanitaires et sociales, de l’éducation, du travail et de l’emploi, désignés par les autorités de Nouvelle-Calédonie ;

“ 6° De représentants d’associations agréées conformément à l’article R. 121-12-2.

“ Le haut-commissaire de la République arrête la liste des membres de la commission mentionnés aux 1°, 5° et 6°. Ses membres sont nommés pour une durée de trois ans renouvelable.

“ Le représentant d’une association agréée ne peut siéger à la commission lorsque la commission statue sur la situation individuelle d’une personne ayant fait l’objet par elle de l’instruction prévue au deuxième alinéa de l’article R. 121-12-9. ” ;

6° A l’article R. 121-12-8, le mot : “ départementale ” et les deuxième et quatrième alinéas de l’article R. 121-12-10 sont supprimés ;

7° L’article R. 121-12-11 est ainsi rédigé :

“ Art. R. 121-12-11.-La personne engagée dans le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle prévue à l’article L. 121-9 peut notamment bénéficier lorsqu’ils sont prévus par les autorités de la Nouvelle-Calédonie :

“ 1° D’un accompagnement visant à faciliter l’accès aux soins, sur le plan physique et psychologique ;

“ 2° D’actions d’insertion sociale, visant à favoriser la socialisation, l’autonomie des personnes dans leur vie quotidienne et l’élaboration d’un projet d’insertion professionnelle.

Titre VIII : Saint-Barthélemy et Saint-Martin

Chapitre Ier : Etablissements et services sociaux et médico-sociaux

Section 2 : Modalités d'autorisation de création, de transformation ou d'extension d'établissements sociaux et médico-sociaux

Article R581-2

I.-Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin des articles D. 312-1 et D. 312-161 : 1° Pour l’application de l’article D. 312-1, la référence aux II, III et IV de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence aux II et IV de l’article L. 313-12 ;

2° Pour l’application de l’article D. 312-161, la référence aux II et III de l’article L. 313-12 est remplacée par la référence au II de l’article L. 313-12.

II.-Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin des articles D. 312-193-5, D. 312-193-6 et R. 313-1 à R. 313-10-2 :

1° Les attributions exercées par le comité régional de l’emploi, de la formation de l’orientation professionnelles sont exercées par le comité de coordination de l’emploi et de la formation professionnelle ;

2° Pour l’application de l’article R. 313-1 :

a) La commission mentionnée au II peut comprendre un nombre inférieur de membres, sous réserve que ce nombre ne soit pas inférieur à quatre et que la parité entre les membres énoncée aux a et b des 1° à 6° soit respectée ;

b) Au b du 1° du II, les mots : " et à l’issue d’un appel à candidature organisé dans des conditions fixées par le président du conseil général ” sont remplacés par les mots : " ou, en l’absence de proposition, à l’issue d’un appel à candidature organisé dans des conditions fixées par le président du conseil territorial pour chacune de ces catégories et à l’issue d’un appel à candidature organisé selon les mêmes modalités ” ;

c) Le 2° du II est complété par un alinéa ainsi rédigé :

" c) La composition de la commission est commune pour les appels à projet relatifs à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin. ” ;

d) Le 3° du II est complété par trois alinéas ainsi rédigés :

" c) La composition de la commission est commune pour les appels à projet relatifs à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin ;

" d) Les représentants des services de l’Etat prévus au a peuvent être désignés parmi ceux exerçant dans l’une ou l’autre des collectivités ou, le cas échéant, en Guadeloupe ;

" e) Les représentants des usagers prévus au b sont désignés en priorité parmi ceux résidant dans la collectivité dont relève l’appel à projet ou, à défaut, parmi ceux résidant dans l’autre collectivité ou en Guadeloupe. ” ;

e) Le b du 4° du II est complété par les mots : " ou, en l’absence de proposition, à l’issue d’un appel à candidatures qu’ils organisent ” ;

f) Le 5° du II est complété par deux alinéa ainsi rédigés :

" c) Les représentants des services de l’Etat prévus au a peuvent être désignés parmi ceux exerçant dans l’une ou l’autre des collectivités ou, le cas échéant, en Guadeloupe ;

" d) Les représentants des usagers prévus au b sont désignés en priorité parmi ceux résidant dans la collectivité dont relève l’appel à projet ou, à défaut, parmi ceux résidant dans l’autre collectivité ou en Guadeloupe. ” ;

g) Le 6° du II est complété par trois alinéas ainsi rédigés :

" c) La composition de la commission est commune pour les appels à projet relatifs à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin ;

" d) Les représentants des services de l’Etat prévus au a peuvent être désignés parmi ceux exerçant dans l’une ou l’autre des collectivités ou, le cas échéant, en Guadeloupe ;

" e) Les représentants des usagers et le représentant d’associations ou une personnalité œuvrant dans le secteur de la protection judiciaire de l’enfance, prévus au b, sont désignés parmi ceux résidant dans la collectivité dont relève l’appel à projet ou, à défaut, parmi ceux résidant dans l’autre collectivité ou en Guadeloupe. ” ;

h) Le III est complété par un alinéa ainsi rédigé :

" Les personnes mentionnées aux 1° à 4° ci-dessus peuvent être désignées parmi celles résidant dans l’une ou l’autre des collectivités ou, à défaut, en Guadeloupe. ”

Chapitre V: Personnes âgées et personnes handicapées

Section 1 : Dispositions générales

Article R585-1

Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin du livre Ier et du livre II :

1° La référence au département est remplacée par la référence à la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy ou de Saint-Martin ;

2° La référence au conseil départemental est remplacée par la référence au conseil territorial ;

3° La référence à l’agence régionale de santé est remplacée par la référence à l’agence régionale de santé de la Guadeloupe, de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin.

Section 2 : Personnes âgées

Sous-section 1 : Concours

Article R585-2

Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin du chapitre X du titre IV du livre Ier :

1° Aux articles R. 14-10-42-1, R. 14-10-42-4, R. 14-10-42-5 et R. 14-10-42-6, les mots : " et, le cas échéant, les métropoles ", " ou, le cas échéant, métropole ", " ou, le cas échéant, métropolitaines ", " et, le cas échéant, à une ou plusieurs métropoles, ", " ou, le cas échéant, à la métropole, ", " ou, le cas échéant, le conseil de la métropole ", " ou, le cas échéant, le président du conseil de la métropole ", " ou, le cas échéant, au président du conseil de la métropole, " et " ou du conseil de la métropole " ne sont pas applicables ;

2° L’article R. 14-10-42-2 n’est pas applicable ;

3° A l’article R. 14-10-42-3, la référence aux articles R. 14-10-42-1 et R. 14-10-42-2 est remplacée par la référence à l’article R. 14-10-42-1 ;

4° A l’article R. 14-10-42-5, les mots : " et celles exposées pour des actions prévues au 2° du même article " ne sont pas applicables.

Sous-section 2 : Allocation personnalisée d'autonomie

Article R585-3

Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin du chapitre II du titre III du livre II :

1° A l’article R. 232-8, les mots : " le règlement départemental d’aide sociale " sont remplacés par les mots : " le règlement territorial d’aide sociale " ;

2° A l’article R. 232-28-1, les mots : " maison départementale des personnes handicapées " sont remplacés par les mots : " maison territoriale des personnes handicapées ".

Sous-section 3 : Conférence des financeurs

Article R585-4

Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin du chapitre III du titre III du livre II :

1° L’article R. 233-1 est ainsi modifié :

a) Les mots : " schéma départemental relatif aux personnes en perte d’autonomie " sont remplacés par les mots : " schéma territorial relatif aux personnes en perte d’autonomie " ;

b) Les mots : " projet régional de santé mentionné à l’article L. 1434-2 " sont remplacés par les mots : " projet de santé commun à la Guadeloupe, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin mentionné à l’article L. 1442-4 " ;

2° A l’article R. 233-2, les mots : " conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie " sont remplacés par les mots : " conseil territorial de la citoyenneté et de l’autonomie " ;

3° L’article R. 233-6 est ainsi modifié :

a) Les mots : " sur le territoire départemental ou, le cas échéant, de la métropole " sont remplacés par les mots : " sur le territoire de la collectivité " ;

b) La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée, deux fois, par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

4° Au a de l’article R. 233-9, la référence aux 2°, 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 3°, 4° et 6° de l’article L. 233-1 ;

5° L’article R. 233-13 est ainsi modifié :

a) Le 1° est ainsi rédigé :

" 1° Un représentant de la collectivité, désigné par le président du conseil territorial ; " ;

b) Le 3° est ainsi rédigé :

" 3° Un représentant de la collectivité au titre de ses compétences en matière d’urbanisme, d’habitation et de logement ; " ;

c) Le 4° n’est pas applicable ;

d) Pour son application à Saint-Barthélemy, le 5° est ainsi rédigé :

" 5° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion du risque d’assurance vieillesse en application des articles L. 752-1 et L. 752-4 du code de la sécurité sociale, désigné par elle ou par la caisse de mutualité sociale agricole ; " ;

e) Pour son application à Saint-Martin, le 5° est ainsi rédigé :

" 5° Un représentant de la caisse générale de sécurité sociale de Guadeloupe au titre de la gestion du risque mentionnée au 3° de l’article L. 752-4 du code de la sécurité sociale, désigné par elle ; " ;

f) Pour son application à Saint-Barthélemy, le 6° est ainsi rédigé :

" 6° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion du risque d’assurance maladie en application des articles L. 752-1 et L. 752-4 du code de la sécurité sociale, désigné par elle ou par la caisse de mutualité sociale agricole. Il peut être le même que celui prévu pour l’application du 5° à Saint-Barthélemy, sans préjudice des dispositions prévues à l’article R. 233-14. Il dispose alors des voix déterminées à cet article pour chacun des membres qu’il représente ; " ;

g) Pour son application à Saint-Martin, le 6° est ainsi rédigé :

" 6° Un représentant de la caisse générale de sécurité sociale de Guadeloupe au titre de la gestion des risques mentionnés aux 1° et 2° de l’article L. 752-4 du code de la sécurité sociale, désigné par elle, qui peut être le même que celui prévu pour l’application du 5° à Saint-Martin, sans préjudice des dispositions prévues à l’article R. 233-14. Il dispose alors des voix déterminées à cet article pour chacun des membres qu’il représente ; " ;

h) Pour son application à Saint-Barthélemy, le 8° est ainsi rédigé :

" 8° Un représentant de la caisse de prévoyance sociale au titre de la gestion des missions mentionnées à l’article L. 752-1 du code de la sécurité sociale, désigné par elle ou par la caisse de mutualité sociale agricole ; " ;

i) Pour son application à Saint-Martin, le 8° est ainsi rédigé :

" 8° Un représentant de la caisse générale de sécurité sociale de Guadeloupe au titre de la gestion des risques mentionnés à l’article L. 752-4 du code de la sécurité sociale pour les salariés et exploitants agricoles, désigné par elle ; " ;

j) Le 10° est complété par les mots : " ou par un organisme mutualiste adhérent " ;

6° A l’article R. 233-14, la phrase : " Dans le cadre des affaires communes d’une conférence départementale-métropolitaine, le conseil départemental et le conseil de la métropole disposent chacun de la moitié des voix prévues au 1° " n’est pas applicable ;

7° L’article R. 233-18 est ainsi modifié :

a) La référence aux 1° à 6° de l’article L. 233-1 est remplacée par la référence aux 1° et 3° à 6° de l’article L. 233-1 ;

b) Le 4° n’est pas applicable ;

c) Au 5°, la référence à l’article L. 14-10-10 est remplacée par la référence au 2° de l’article L. 14-10-10 ;

8° A l’article R. 233-19, les mots : " conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie " sont remplacés par les mots : " conseil territorial de la citoyenneté et de l’autonomie ".

Section 3 : Personnes handicapées

Article R585-5

Pour l’application à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin des articles R. 241-12, R. 241-16 et R. 241-17, les mots : " la maison départementale des personnes handicapées " sont remplacés par les mots : " la maison territoriale des personnes handicapées ".

Chapitre VI : Dispositions relatives à l'accompagnement des victimes de la prostitution

Article R586

Pour l’application à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy des articles R. 121-12-1, R. 121-12-2, R. 121-12-3, R. 121-12-4, R. 121-2-5, R. 121-12-6, R. 121-12-7, R. 121-12-8, R. 121-12-9, R. 121-12-10, R. 121-12-11, R. 121-12-12 et R. 121-12-13 :

1° Les mots : “ préfet de département ” sont remplacés par les mots : “ représentant de l’Etat à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy ” ;

2° Les mots : “ départementale ”, “ dans chaque département ” et ” dans le département ” sont remplacés par les mots : “ dans la collectivité ” ;

3° La référence à la commission territoriale est substituée à la référence à la commission départementale. ;

4° L’article R. 121-12-1 est complété par les mots “ ou du représentant de l’Etat à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin ” ;

5° L’article R. 121-12-3 est complété par l’alinéa suivant : “ Lorsque le siège de l’association est implanté à Saint-Barthélemy ou à Saint-Martin, la demande est adressée au représentant de l’Etat à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin, qui prend la décision de délivrer l’agrément. ”