Code de l'action sociale et des familles

Version consolidée au 6 septembre 2005 (version 1e27503)

Partie législative

Livre II : Différentes formes d'aide et d'action sociales

Titre V : Personnes non bénéficiaires de la couverture maladie universelle

Chapitre IV : Prise en charge des soins urgents

Article L254-2

Les établissements de santé facturent à la caisse d’assurance maladie désignée en application de l’article L. 174-2 ou L. 174-18 du code de la sécurité sociale la part des dépenses prises en charge par l’Etat pour les soins dispensés au titre des articles L. 251-1 et L. 254-1.

Livre III : Action sociale et médico-sociale mise en oeuvre par des établissements et des services

Titre Ier : Etablissements et services soumis à autorisation

Chapitre III : Droits et obligations des établissements et services sociaux et médico-sociaux

Section 6 : Dispositions communes

Article L313-24-1

La protection prévue à l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires est mise en oeuvre au bénéfice des personnels de direction des établissements mentionnés aux 2°, 3°, 4°, 5° et 6° de l’article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière par le préfet du département où l’établissement d’affectation a son siège.

Partie législative

Livre III : Action sociale et médico-sociale mise en oeuvre par des établissements et des services

Titre Ier : Etablissements et services soumis à autorisation

Chapitre IV : Dispositions financières

Section 2 : Règles budgétaires et de financement

Article L314-6

Les conventions collectives de travail, conventions d’entreprise ou d’établissement et accords de retraite applicables aux salariés des établissements de santé et des établissements et services sociaux et médico-sociaux à but non lucratif dont les dépenses de fonctionnement sont, en vertu de dispositions législatives ou réglementaires, supportées, en tout ou partie, directement ou indirectement, soit par des personnes morales de droit public, soit par des organismes de sécurité sociale, ne prennent effet qu’après agrément donné par le ministre compétent après avis d’une commission où sont représentés des élus locaux et dans des conditions fixées par voie réglementaire. Ces conventions ou accords s’imposent aux autorités compétentes en matière de tarification.

Toutefois, en ce qui concerne les établissements de santé, seules les conventions collectives de travail et accords de retraite conclus au niveau national font l’objet d’un agrément ministériel. Dans ce cas, l’agrément porte sur le coût total de l’engagement financier évalué au niveau national. Les accords de travail conclus au niveau de chaque établissement ne sont pas soumis à agrément et ne sont pas opposables à l’autorité de tarification.

Les ministres chargés de la sécurité sociale et de l’action sociale établissent annuellement, avant le 1er mars de l’année en cours, un rapport relatif aux agréments des conventions et accords mentionnés à l’alinéa précédent, pour l’année écoulée, et aux orientations en matière d’agrément des accords pour l’année en cours. Ils fixent, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, les paramètres d’évolution de la masse salariale pour l’année en cours, liés notamment à la diversité des financeurs et aux modalités de prise en charge des personnes, qui sont opposables aux parties négociant les conventions susmentionnées.

Ce rapport est transmis au Parlement, au comité des finances locales et aux partenaires sociaux concernés selon des modalités fixées par décret. Ce rapport précise le coût total de l’engagement financier évalué au niveau national et opposable aux parties signataires des conventions collectives de travail et accords de retraite applicables aux salariés des établissements de santé privés pour l’année en cours.

Titre IV : Dispositions spécifiques à certaines catégories d'établissements

Chapitre VI : Centre d'accueil et de soins hospitaliers de Nanterre.

Article L346-1

Les règles relatives au centre d’accueil et de soins hospitaliers de Nanterre sont fixées par les dispositions de l’article L. 6147-2 du code de la santé publique ci-après reproduites :

" Art. L. 6147-2. - -Les missions exercées au sein d’unités distinctes par l’établissement public de la ville de Paris à caractère social et sanitaire, dénommé " centre d’accueil et de soins hospitaliers " et situé à Nanterre, comprennent :

1° L’accueil, la réadaptation sociale des personnes sans abri orientées par le préfet de police de Paris ainsi que l’hébergement et la réadaptation sociale des personnes mentionnées à l’article L. 345-1 du code de l’action sociale, dans la limite des capacités autorisées par le représentant de l’Etat dans la région conformément aux dispositions du titre I du livre III du code de l’action sociale ;

2° Le service public hospitalier tel que défini au présent livre ;

3° L’hébergement et les soins de personnes âgées et des personnes handicapées qui y résident.

La composition du conseil d’administration, dont la présidence est assurée par le préfet de police de Paris et où sont notamment représentés, d’une part, la ville de Paris et, d’autre part, le département des Hauts-de-Seine et la ville de Nanterre est fixée par voie réglementaire.

Le directeur est nommé par arrêté des ministres chargés de l’action sociale, de l’intérieur et de la santé, après avis du président du conseil d’administration.

Le centre d’accueil et de soins hospitaliers est soumis, en ce qui concerne son budget et son fonctionnement, aux dispositions du présent livre. Il est soumis à la tutelle de l’Etat. Les modalités d’application des dispositions du titre IV du présent livre sont adaptées par voie réglementaire aux conditions particulières de fonctionnement de cet établissement.

A l’exception des dispositions concernant le budget, l’administration et le fonctionnement, le titre I du livre III du code de l’action sociale est applicable à l’établissement pour ses activités sociales et médico-sociales.

En cas de cessation d’activité totale ou partielle, le patrimoine immobilier sera restitué, pour tout ou partie, selon le cas, à la ville de Paris. "