Code de l'action sociale et des familles

Version consolidée au 18 mars 2005 (version f96ecc7)

Partie réglementaire

Livre II : Différentes formes d'aide et d'action sociales

Titre VI : Lutte contre la pauvreté et les exclusions

Chapitre II : Revenu minimum d'insertion

Section 2 : Conditions d'ouverture du droit à l'allocation

Sous-section 1 : Détermination des ressources.

Article R262-8

Lorsqu’en cours de versement de l’allocation, l’allocataire, son conjoint, le partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou le concubin ou l’une des personnes à charge définies à l’article R. 262-2 commence à exercer une activité salariée ou non salariée ou à suivre une formation rémunérée, les revenus ainsi procurés à l’intéressé sont intégralement cumulables avec l’allocation jusqu’à la première révision trimestrielle, telle que prévue au premier alinéa de l’article R. 262-12, qui suit ce changement de situation.

Lors de la première révision trimestrielle, un abattement de 100 % est appliqué sur la moyenne mensuelle des revenus du trimestre précédent.

Ces revenus sont ensuite affectés d’un abattement de 50 % pour la liquidation de l’allocation des trois trimestres de droit suivant la deuxième révision trimestrielle.

Toutefois, lorsque au terme de la période définie à l’alinéa précédent le total des heures travaillées à compter du début de l’activité n’atteint pas 750 heures, le président du conseil général peut décider le maintien de l’abattement en faveur de bénéficiaires dont la situation au regard de leur parcours d’insertion le nécessite. L’abattement est alors appliqué pour les trimestres de droits suivants, et prend fin lors de la révision trimestrielle consécutive à la date à laquelle a été atteint le plafond de 750 heures.

Le cas échéant, les abattements sont appliqués à un bénéficiaire en cas de cessation puis de reprise d’activité ou de formation à la condition que le trimestre de référence précédant la reprise ne comprenne aucun revenu d’activité ou de formation.

Par dérogation aux dispositions des alinéas précédents :

1° Dans le cas où l’activité est exercée dans le cadre d’un contrat emploi-solidarité conclu en application de l’article L. 322-4-7 du code du travail ou d’un contrat d’insertion par l’activité conclu en application de l’article L. 522-8 du présent code, les rémunérations procurées à l’intéressé sont affectées d’un abattement de 33 % du montant mensuel de l’allocation de revenu minimum d’insertion fixé pour un allocataire isolé tel qu’il est défini à l’article L. 262-2 du présent code. Cet abattement s’applique à compter de la première révision trimestrielle suivant la prise d’effet du contrat emploi-solidarité ou du contrat d’insertion par l’activité et continue à s’appliquer jusqu’au dernier jour du trimestre suivant celui où survient la fin desdits contrats.

En outre, il n’est pas tenu compte des indemnités représentatives de frais dans la limite de 35 % du montant du revenu minimum d’insertion fixé pour un allocataire.

Dans lPendant la durée d’un contrat d’avenir oue cas où l’activité rémunérée est exercée dans le cadre d’un contrat insertion-revenu minimum d’activité conclu respectivement en application des l’articles L. 322-4-10 et L. 322-4-15 du code du travail, il n’est pas tenu compte, pour la détermination du montant de l’allocation, du revenu minimum d’activitédes rémunérations procurées à l’intéressé au titre de ce contrat. Sous cette réserve, leditce montant est égal à celui résultant de l’application des dispositions du présent chapitre, diminué du montant de l’aide, à l’employeur définie au troisième alinéa du I de l’article L. 322-4-15-6 du même code, versée à l’employeur de l’allocataire. Lorsqu’une autre personne prise en compte pour la détermination du montant de l’allocation est aussi titulaire d’un contrat insertion-revenu minimum d’activité, ledit montant est également diminué du montant de l’aide versée à son pour le contrat insertion-revenu minimum d’activité et au premier alinéa du II de l’article L. 322-4-12 du même code pour le contrat d’avenir.

Toutefois, cette diminution n’est pas opérée lorsqu’un de ces contrats de travail est suspendu en application du deuxième alinéa du IV de l’article L. 322-4-12 pour le contrat d’avenir ou du deuxième alinéa de l’article L. 322-4-15-5 pour le contrat insertion-revenu minimum d’activité.

En cas de suspension de l’un de ces contrats, et lorsque le salarié ne remplit pas la condition requise pour une prise en charge par un régime de sécurité sociale et que le maintien de son salaire n’est pas assuré, il perçoit son allocation augmentée d’un montant journalier égal à un trentième du montant mensuel de l’allocation de revenu minimum d’insertion.

Lorsque l’allocataire perçoit également l’allocation de solidarité spécifique définie à l’article L. 351-10 du même code et que le contrat d’avenir ou le contrat insertion-revenu minimum d’activité est signé avec l’intéressé en sa qualité de bénéficiaire de l’allocation de solidarité spécifique, le montant de l’aide à l’employeur n’est déduit du montant de l’allocation de revenu minimum d’insertion qu’à compter de la prochaine révision trimestrielle du droit à cette dernière allocation. Lorsqu’un autre membre du foyer pris en compte pour la détermination du montant de l’allocation est aussi salarié en contrat insertion-revenu minimum d’activité ou en contrat d’avenir, ce montant est également diminué du même montant d’aide à l’employeur.

Dans le cas où le bénéficiaire d’un contrat insertion-revenu minimum d’activité, son conjoint, le partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou le concubin, ou l’une des personnes à sa charge définies à l’article R. 262-2, exerce une autre activité dans les conditions prévues au troisième alinéa de l’article L. 322-4-15-5 du code du travail, il est fait application, pour les revenus procurés par cette activité, des dispositions du présent article et de l’article R. 262-9.

Article R262-13

Il n’est pas tenu compte des prestations et rémunérations de stage, qu’elles soient légales, réglementaires ou conventionnelles, perçues pendant les trois derniers mois lorsqu’il est justifié que la perception de celles-ci est interrompue de manière certaine et que l’intéressé ne peut prétendre à un revenu de substitution. La liste de ces prestations et rémunérations est fixée par arrêté du ministre chargé de l’action sociale.

En ce qui concerne les autres prestations et les revenus d’activité perçus pendant les trois derniers mois, lorsqu’il est justifié que la perception de ceux-ci est interrompue de manière certaine et que l’intéressé ne peut prétendre à un revenu de substitution, le président du conseil général peut décider de ne pas les prendre en compte dans la limite mensuelle d’une fois le montant du revenu minimum d’insertion fixé pour un allocataire.

En cas de rupture d’un contrat insertion-revenu minimum d’activité pour un motif autre que celui viséprévu au premier alinéa de l’article L. 322-4-15-5 du code du travail, ou lorsque celui-cien cas de rupture d’un contrat d’avenir pour un motif autre que celui mentionné au IV de l’article L. 322-4-12 du même code, ou lorsque le contrat n’est pas renouvelé et que son bénéficiaire n’exerce pas une d’activité professionnelle rémunérée, celui-ci continue de percevoir l’allocation de revenu minimum d’insertion à hauteur du montant mensuel, défini à l’article L. 322-4-15-6 dudit code,d’un montant égal à celui du montant mensuel de l’aide du département à l’employeur jusqu’à son réexamen dans les conditions prévues à l’article R. 262-41.

Lors de ce réexamen, il n’est pas tenu compte, pour la détermination du montant de l’allocation de revenu minimum d’insertion, des ressources perçues au cours du trimestre précédent au titre du revenu minimum d’activité "ou du contrat d’avenir".